Image d'un cadenas pour les espaces réservés

Newsletter

Pour suivre l'actualité du centre hospitalier, lisez nos newsletters et abonnez-vous.

INSCRIVEZ-VOUS

Paiement des soins

Pour vos règlements : 01 39 21 54 10

Pour vos questions : 01 39 27 47 81

CLIQUEZ ICI

ACCUEIL / NOTRE OFFRE DE SOINS / Gynécologie - Andro... / Procédé Essure : e...

Procédé ''Éssure'' - Exploration fonctionnelle gynécologique

Pôle femme-mère-enfant

Chef du pôle : Docteur Bernard GUYOT

Cadre du pôle : Françoise DAMAGEUX

Pôle chirurgie - Anesthésie - Blocs opératoires

Chef du pôle : Docteur Nicolas TABARY

Cadre du pôle : Lucy PIERROT

 Bannière unité de gynécologie chirurgicale oncologique et médicale

Service de gynécologie / obstétrique et biologie de la reproduction

Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ)


La Méthode « Éssure »
Une nouvelle alternative de stérilisation tubaire ambulatoire définitive par les voies naturelles

 

 

Prise de rendez-vous à Poissy - 01 39 27 51 22

Localisation du service

  • Service de chirurgie gynécologique / Explorations fonctionnelles gynécologiques.- Bâtiment principal (3e étage - aile A) Plan du site de Poissy

 

 

Qu'est-ce que la technique de stérilisation hystéroscopique "Essure" ?

Depuis de nombreuses années, la stérilisation définitive par ligature tubaire s'effectuait à l'aide d'une ou plusieurs petites incisions par voie abdominale, par voie vaginale ou par laparoscopie. Les principales complications de ces techniques sont liées à l'anesthésie générale, au geste chirurgical et à la présence de cicatrices. Les douleurs liées à l'intervention et la convalescence peuvent durer plusieurs jours. Il n'y a eu que peu d’évolution des techniques durant les 25 dernières années. La venue en 2003 d'une nouvelle approche de stérilisation tubaire par les voies naturelles ne nécessitant généralement qu’une anesthésie légère (sédation) et aucune incision abdominale est une innovation majeure. La technique de stérilisation « Éssure » utilise comme méthode d'approche, l'hystéroscopie. Cette technique est recommandée par l’HAS (Haute Autorité de Santé) comme la méthode à appliquer en première intention chez les femmes désireuses d’une contraception définitive par stérilisation tubaire. Elle consiste à introduire un petit endoscope (hystéroscope) muni d'une caméra dans l'utérus par voie vaginale, à travers le col. L'administration simultanée d'une anesthésie générale légère par sédation permet de prévenir les douleurs et optimise les conditions de l’intervention.

 

En quoi consiste la nouvelle technique de stérilisatition tubaire définitive "Essure" ?

La nouvelle technique de stérilisation tubaire définitive « Éssure » consiste à introduire un micro implant par hystéroscopie dans chacune des trompes. Le chirurgien canule les trompes qui peuvent être visualisées directement. L'opérateur installe l'implant, qui consiste en un petit ressort mesurant de 0,8 à 2 mm de diamètre, en moyenne, lorsqu'il se déploie (Figure 1).

 

Photo de la figure 1 (Implant du procédé Essure) - Dr Bader 27-8-2009
(Figure 1)

 

Cet implant composé d'un alliage inerte de nickel et de titane, se détend dans la trompe et se moule à sa forme (figure 2).

Photo de la figure 2 du procédé Éssure - Dr Bader 27-8-2009
(Figure 2)

 

Ces implants sont largement utilisés en chirurgie cardio-vasculaire. Selon les données de la littérature, aucun cas de rejet ou d’infection des implants n’a été déclaré à ce jour. Une fois installé dans la trompe, l'implant va entraîner une croissance tissulaire au niveau de la trompe durant les trois mois suivant la procédure, permettre de s'y fixer de façon permanente, et de créer une obstruction complète des trompes.
Une échographie tridimensionnelle (3D) de l'utérus et des trompes, réalisée trois mois après l'intervention, permet de s'assurer que le positionnement des implants est adéquat et que la patiente peut cesser toute autre méthode contraceptive utilisée (Figure 3).

 

Photo de la figure 3 (Echographie 3D du procédé Essure) - Dr Bader 27-8-2009
(Figure 3)

 
En cas de doute, une hystérosalpingographie (radiographie de l'utérus et des trompes) peut être prescrite par votre chirurgien afin de vérifier l’obstruction des trompes (Figure 4).

 

Photo de la figure 4 (Hystérosalpingographie du procédé Essure) - Dr Bader 27-8-2009
(Figure 4)

 

Quels sont les avantages de la technique "Éssure" ?

L'avantage principal de cette technique hystéroscopique réside dans le fait que la patiente ne subit qu’une anesthésie générale légère (sédation sans intubation), et qu'elle peut quitter le service d’hospitalisation quelques heures après le procédure. L'autre avantage provient de l'absence d'incision abdominale ou de douleur et une convalescence de quelques heures seulement. La patiente peut reprendre ses activités normales dès le lendemain matin.

 

Quels sont les pré-requis de la procédure ?

La technique « Éssure » est exclusivement réservée aux patientes qui désirent une stérilisation définitive et permanente. Il est bien important de comprendre que cette procédure est définitive et irréversible. Le délai de réflexion de 4 mois est obligatoire. Deux entretiens précèdent généralement l’intervention. Le consentement signé par le chirurgien et la patiente demandeuse d’une stérilisation tubaire est indispensable. Il est préférable d’utiliser cette procédure chez des patientes n’ayant pas d'antécédents de chirurgie tubaire, de grossesse ectopique ou d'infection pelvienne. L’échographie pelvienne préopératoire ne doit pas montrer d’anomalie utérine ou tubaire. Il faut consentir à se soumettre à une échographie pelvienne 3D, voire une hystérosalpingographie trois mois après la procédure. Il est impératif d’utiliser une méthode contraceptive alternative efficace jusqu'à trois mois après l'intervention en attendant les résultats définitifs de l’échographie 3D qui devraient confirmer le positionnement adéquat des implants dans la jonction utéro-tubaire.

 

Quel est le mécanisme d'action des implants "Essure" ?

Le procédé « Éssure » consiste à placer un micro-implant dans chacune des trompes de Fallope. Une fois les micro-implants en place dans la jonction utéro-tubaire, du tissu conjonctif (fibrose) se forme autour de ceux-ci. Trois mois seront nécessaires pour que le tissu conjonctif bouche les trompes. Une fois celles-ci obstruées, le sperme ne peut plus accéder à l’ovule, empêchant ainsi toute fécondation.

 

Comment se déroule l’intervention ?

La stérilisation tubaire par hystéroscopie selon le procédé « Éssure » est réalisée en chirurgie ambulatoire et ne nécessite qu’une hospitalisation courte de 2 à 4 heures. Cette procédure doit être idéalement réalisée en première partie du cycle.Une anesthésie générale légère (sédation) est nécessaire pour éviter les douleurs et faciliter la pose des implants. Une antibioprophylaxie est administrée par le médecin anesthésiste. Il faut compter environ une demi-heure pour la totalité de la procédure, la mise en place des micro-implants n’excédant généralement pas les 15 minutes. Le matériel utilisé est stérile, à usage unique, et il est miniaturisé. Parfois, des particularités anatomiques rendent plus difficile le passage de l’hystéroscope ou des implants, pouvant expliquer l’échec de pose et le recours à la cœlioscopie par voie abdominale (technique la plus ancienne).

 

Après l’intervention

Vous pourriez ressentir des crampes légères comme celles de vos menstruations, et au besoin, votre médecin vous prescrira un médicament contre les douleurs. Après une période de surveillance d'environ 1 à 2 heures, vous pourrez quitter le service d’hospitalisation, accompagnée, et vous reposer pour le reste de la journée. La plupart des femmes peuvent retourner au travail et aux activités quotidiennes le lendemain de l’intervention. Les relations sexuelles peuvent être reprises habituellement deux à trois jours après l’intervention.

 

Quels sont les risques de l'intervention ?

Bien que rares, les complications suivantes ont été rapportées lors de stérilisation par la technique hystéroscopique « Éssure » :

  • Complications associées à l'administration d'agents anesthésiques

  • Douleurs, crampes et saignement vaginal

  • Nausées postopératoires, vomissements et malaises

  • Perforation ou dissection d'une trompe de Fallope dans la corne utérine

  • Perforation utérine due à l'hystéroscopie

  • Installation anormale de l'implant dans la paroi utérine ou myomètre

  • Mise en place de l'implant dans la portion distale de la trompe.


Les risques associés à cette intervention sont minimes et habituellement sans conséquence. Lorsque réalisée par des chirurgiens expérimentés, cette technique comporte des risques nettement inférieurs à ceux des interventions effectuées à l'aide de techniques laparoscopiques ou abdominales conventionnelles.

 

Quels sont les résultats des études cliniques ?

Il est parfois impossible de placer les implants (2 à 5%) en raison de spasmes au niveau des trompes, de difficultés à bien visualiser les trompes ou de pathologies de la cavité utérine (fibrome, polype, synéchie, autre…). Il faudra alors proposer de recourir à une ligature tubaire conventionnelle, par laparoscopie sous anesthésie générale. Le risque de grossesse après « Éssure » est extrêmement faible (environ 0.5%, identique à celui des techniques conventionnelles). Un mauvais positionnement de l’implant ou une migration secondaire peut expliquer ce risque de grossesse d’où l’intérêt d’un contrôle rigoureux par échographie 3D et/ou par hystérosalpingographie. Aucune grossesse ectopique (extra-utérine) n'a été observée. Les études ont également démontré que 92 % des patientes étaient totalement satisfaites de leur intervention après 18 mois.

 

Ce que vous devez faire ?

Avant l’intervention

  • une consultation pré anesthésique est obligatoire,
  • un test de grossesse est réalisé systématiquement avant la procédure. L’existence d’une grossesse contre-indique formellement la stérilisation tubaire.
  • pour réaliser la procédure « Éssure », il est nécessaire d’être à jeun,
  • en cas de doute, un test urinaire de grossesse sera réalisé avant la procédure.

 

Le jour de l’intervention

  • il est nécessaire d’être à jeun (anesthésie générale légère),
  • il faut vous munir de l’échographie et du consentement signé par vos soins,
  • la procédure doit être idéalement réalisée en début de cycle (J7 à J15),
  • il faut vous présenter dans le service de chirurgie ambulatoire du site de Saint-Germain-en-Laye (1er étage), vous passerez ensuite au bloc opératoire pour votre intervention.

 

Après l’intervention

  • en cas d’apparition de douleurs importantes résistant aux antalgiques, de fièvre ou de saignements anormaux, n’hésite pas à contacter votre chirurgien ou à vous présenter aux urgences gynécologiques (URGO) du site de Poissy.
  • au cours des trois mois suivants, le tissu conjonctif va se développer à travers les micro-implants, obstruant vos trompes. Durant ce temps, vous devrez avoir recours à une méthode contraceptive alternative.
  • à l’issue de cette période de 3 mois, une échographie pelvienne tridimensionnelle (3D) est indispensable pour vérifier et confirmer la bonne position des microimplants « Éssure », et donc de leur efficacité.
  • après vérification par votre chirurgien, vous pourrez considérer « Éssure » comme moyen de contraception permanente et arrêter toute autre méthode contraceptive.

 

Votre chirurgien se tient à votre disposition pour toute information complémentaire

Si vous souhaitez obtenir des informations complémentaires ou modifier la date de l’intervention,  il est impératif de contacter le secrétariat de gynécologie au  01 39 27 45 77 ou 01 39 27 45 78 ou 01 39 27 45 76.

Vous pouvez également consulter ce lien www.essure.ch/french/consumer/c_homepage.aspx pour visualiser des témoignages et une démonstration de la procédure.

 

 

 23/06/2017

dernière modification : 

© CHI Poissy-St-Germain  l Accessibilité l Mentions légales  l  Webmaster