La newsletter du centre hospitalier

Numéro 67 spécial vœux – Janvier 2019

 

À l’occasion de cette première cérémonie de vœux que j’ai le plaisir de partager avec vous, je tiens à vous remercier pour l’accueil que vous m’avez réservé il y a maintenant plus de 9 mois, et à l’occasion de mes visites dans les services. Je remercie en particulier Sylvain GROSEIL qui, après un intérim long, m’a ouvert les portes et, qui, avec l’équipe de direction, m’a donné les clés, au propre comme au figuré, pour appréhender cette grande maison. Je mesure chaque jour l’ampleur de la mission, le poids des responsabilités, mais aussi la chance qui m’est donnée d’accompagner les équipes et de construire avec elles le CHIPS de demain.

2018 s’est terminée et 2019 débute dans une atmosphère générale de morosité que chacun peut constater. L’hôpital public reçoit son lot de critiques, est souvent malmené, de manière souvent très dure et injuste au regard de la qualité des soins que nous prodiguons à nos patients et du travail remarquable fait par les équipes au quotidien. Dans ce contexte, les contraintes budgétaires qui pèsent sur l’hôpital sont lourdes.

Nous attendons pour 2019 et les prochaines années une réforme de fond dont je salue l’esprit, s’agissant de l’ouverture sur le territoire, d’un accès facilité aux médecins traitants, d’une place plus importante accordée, enfin, à la prévention. Dans ce contexte, les enjeux pour notre hôpital sont nombreux et importants. Pour relever nos défis, nous disposons de nombreux atouts qui nous ont permis de mener à bien de nombreuses et belles réalisations en 2018 et qui vont nous permettre de poursuivre ce travail en 2019.

Je souhaite en ce début d’année, et sans nier les difficultés et les défis que nous devons relever, insuffler de l’optimisme et de la confiance en l’avenir. Je sais pouvoir compter sur votre engagement et votre professionnalisme.

Isabelle LECLERC, directrice générale

 

Les vœux de la directrice générale (extraits du discours du 21/01)

Les enjeux sont nombreux et importants tant pour le CHIPS que pour la direction commune des trois hôpitaux de Mantes-la-Jolie, Meulan-Les Mureaux et Poissy-Saint-Germain-en-Laye ou encore pour le groupement hospitalier de territoire des Yvelines Nord : 

  • pour le CHIPS : mener à bien le schéma immobilier et le projet médical et consolider sa trajectoire financière ; 
  • pour la direction commune, qui se doit d’être un levier pour accélérer la mise en œuvre de coopérations médicales et de soins, à défaut de quoi ce ne serait qu’une organisation administrative sans intérêt ; 
  • pour le groupement hospitalier de territoire des Yvelines Nord, périmètre de déploiement de nos projets (projet médical et projet de soins), périmètre de mutualisation de nos fonctions support.

Les défis sont de taille. Ainsi, en 2018, le CHIPS ne sera pas au rendez-vous sur le plan de sa situation budgétaire et enregistrera un résultat déficitaire supérieur à celui qui était prévu à l’état prévisionnel des dépenses et des recettes (EPRD), après plusieurs années d’équilibre, et ce, en raison d’une baisse de ses recettes d’activités. Les causes en sont multiples : des difficultés de recrutement de postes médicaux ou dans certains métiers sensibles, qui ont conduit à fermer des lits ou à réduire l’activité de certains secteurs. L’accès au site hospitalier de Poissy est également plus difficile depuis le démarrage du chantier et je remercie d’ailleurs la ville de Poissy et Karl OLIVE qui ont ouvert pour le personnel l’accès au parking Marcel Cerdan en semaine. Beaucoup d’évènements conjoncturels expliquent également cette situation. Cependant, l’évolution positive et la reprise de l’activité de la fin de l’année 2018 et des premières semaines de 2019 peuvent nous rendre optimistes.

Nos dépenses sont en revanche bien maîtrisées. C’est un point très positif et toutes les équipes doivent être remerciées pour les efforts consentis en 2018 et ceux qui seront encore nécessaires à partir de 2019. Cette attitude responsable et cette conscience des enjeux sont importantes ; ces efforts ne sont pas vains pour que l’hôpital puisse mener à bien ses nombreux projets. Du côté de l’équipe de direction, nous les accompagnons sans jamais perdre de vue qu’il nous faut maintenir l’excellence et un haut niveau d’exigence dans la qualité et la sécurité des soins. Cela passe par des organisations nouvelles. La sécurisation de la trajectoire financière est impérative pour sécuriser le financement de nos projets et en premier lieu de notre schéma directeur immobilier.

L’hôpital doit également faire face à des enjeux de démographie médicale et de tension sur les métiers sensibles, et notamment en anesthésie, imagerie, kinésithérapie et dans les autres métiers de la rééducation, ainsi que les spécialités infirmières de bloc opératoire et d’anesthésie.

 

L’attractivité comme levier d’amélioration

Pour relever les défis de l’activité et de la démographie des professionnels, un travail de fond a été engagé autour de l’attractivité de l’hôpital pour ses différents publics.

À destination des patients, cela s’est traduit par une amélioration de la signalétique, de l’accueil physique des patients (agents d’accueil à Poissy, accueil téléphonique, formation), par le déploiement d’un standard à reconnaissance vocale et la prise de rendez-vous en ligne en 2019. C’est aussi tout un travail sur l’amélioration des repas à l’hôpital qui s’est engagé entre les services de soins, le service diététique et le service restauration.

À destination des médecins de ville, des soirées d’enseignement post-universitaire (EPU) sont organisées à la mairie de Saint-Germain-en-Laye depuis 2017 et connaissent un succès grandissant avec en moyenne 30 praticiens et professionnels de santé qui prolongent leur journée pour échanger avec des médecins du CHIPS et mettre à jour leurs connaissances. Un annuaire de lignes téléphoniques séniorisées est également mis à leur disposition pour contacter directement leurs confrères ou consœurs. Des fiches de présentations pratiques des services du CHIPS sont en cours d’élaboration (antibioconseil, centre de consultations urgentes adultes, filière obésité du CSO Ile-de-France Ouest …).

À destination des professionnels : un travail est en cours depuis l’été 2018 en ciblant notamment l’attractivité pour les internes, les médecins et les paramédicaux.

 

La qualité et la recherche pour aller plus loin

Parmi nos atouts, il y a d’abord la reconnaissance que nous tirons de la qualité reconnue de nos équipes hospitalières, de leur expertise et de la sécurité des soins prodigués. Le CHIPS est cité 7 fois au dernier palmarès du magazine Le Point en 2018 : à chaque fois, classé en très bon rang et chaque fois, en progression par rapport au classement précédent pour la prise en charge des appendicites, cancers gynécologiques, cataractes, chirurgie de l’obésité, maladies infectieuses et tropicales, proctologie, sclérose en plaques ; nous pouvons en être fiers. Et pour aller encore plus loin, et parce qu’ensemble, on est plus forts et plus performants, les 6 établissements du GHT Yvelines Nord ont décidé au printemps dernier de s’engager dans une certification commune par la Haute Autorité de santé, avec une visite de certification qui aura lieu entre juin 2020 et juin 2021.

Notre dimension universitaire et de recherche est également l’un de nos points forts. Je salue la professeure Jacqueline SELVA qui en est la représentante, dont l’engagement tout au long de sa carrière vient d’être reconnu par une haute distinction. Je tiens à la féliciter [NDLR : J. SELVA est la présidente de la commission médicale de l’établissement ; elle a également pris la parole à la cérémonie lors de laquelle ce discours a été prononcé et elle vient d’être reçue chevalier de la légion d’honneur]. En 2018, nous avons mis en place une commission de recherche commune avec le centre hospitalier François Quesnay (CHFQ) à Mantesla- Jolie. Le Pr Patrick ROZENBERG, responsable de l’obstétrique du CHIPS, en est le président et le docteur Jean-Jacques LAURICHESSE, le référent médical pour le CHFQ. Cette organisation permet également d’agréger nos indicateurs, et pour la première fois pour le CHFQ, de bénéficier de financement au titre des MERRI, missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation ; pour le CHIPS, les MERRI représentent 3M€ (dont les SIGAPS et les SIGREC).

La communauté du CHIPS peut également compter sur le dynamisme, l’enthousiasme, la volonté, la capacité à se projeter, à imaginer, à innover de ses équipes. Je citerai quelques exemples pour appuyer ce propos comme notre mobilisation pour répondre à de nombreux appels à projets, souvent couronnée de succès : l’unité péri-opératoire d’ortho-gériatrie (UPOG), la lutte contre le tabagisme, le projet d’amélioration de l’acoustique en réanimation néonatale dans le nouveau bâtiment, la pratique avancée pour la profession infirmière, les lunettes de réalité virtuelle, le programme de chirurgie ambulatoire ACCÉS Sénologie, etc.

 

 

Un projet immobilier et un projet médical indissociables

Tous ces atouts me rendent confiante en l’avenir qui se dessine avec le projet immobilier, en premier lieu et le projet médical, les deux étant indissociables. C’est d’abord un bâtiment neuf sur le site hospitalier de Poissy. La pose de la première pierre, il y a un an, a été un temps fort pour l’hôpital. Depuis, nous avons vu sortir de terre le bâtiment tout au long de ces derniers mois et le gros œuvre s’achève ces jours-ci. C’est un investissement lourd et un projet important qui doivent nous permettre d’accueillir les patients dans de bonnes conditions et en sécurité. Le bâtiment sera livré en avril 2020 : le calendrier à ce jour est respecté et le budget de l’opération tenu. C’est un projet qui nous engage car il est financé avec l’aide de l’agence régionale de santé d’Île-de-France (ARS) et de l’état via le COPERMO (comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins hospitaliers), ce qui représente 43 M€ d’aides.

Ce projet est au service d’un projet médical. Je voudrais m’arrêter sur le projet du site de Saint-Germain-en- Laye, dont nous souhaitons faire une vitrine, un hôpital ambulatoire où toutes les disciplines seront présentes, en consultations, programmées ou non, ou en hôpital de jour, et en chirurgie ambulatoire autour d’un important plateau technique (scanners, IRM en 2019, radiothérapie, médecine nucléaire que nous souhaitons rapidement). C’est ainsi qu’était défini il y a quelques années « l’hôpital de demain » : nous y sommes. Nous avons commencé à déployer ce projet de prise en charge moderne en 2018 et, à ce jour, la quasi-totalité de la chirurgie ambulatoire est réalisée sur le site saint-germanois en orthopédie, en chirurgie viscérale, tandis que le transfert de la chirurgie ORL conventionnelle sur le site pisciacais est prévu en 2019. Ce projet du « nouveau Saint-Germain » va libérer des surfaces cédées à la ville et à l’établissement public foncier d’Île-de-France (EPFIF), avec lesquels nous menons des discussions de qualité sur ce sujet complexe qui devraient aboutir à la fin du printemps 2019. Les activités situées sur cette emprise seront transférées à Poissy à partir de mi-2021 et en 2022. A ce terme, les activités du site de Saint-Germain-en-Laye se concentreront essentiellement sur les bâtiments Ourches, Schnapper, le bâtiment J et le bâtiment de psychiatrie. La radiothérapie sera reconstruite dans de nouveaux locaux.

Notre projet immobilier s’est aussi matérialisé en 2018 à travers d’autres opérations structurantes telles que la sécurité incendie et les mises aux normes associées, la rénovation des urgences, l’extension du laboratoire qui permet d’installer une chaîne pré analytique moderne inaugurée à la fin du printemps 2019, ainsi que le remplacement d’ascenseurs dont le programme de rénovation et de mise aux normes se poursuivra en 2019. A propos de la sécurité incendie, je souhaite saluer l’engagement des équipes qui a permis d’importantes avancées depuis 18 mois. Bien que les avis défavorables de la commission de sécurité n’aient pas encore été levés sur les deux sites, nous sommes en bonne voie et, je crois pouvoir dire que nous avons tissé une relation de confiance avec les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS), les deux municipalités et la préfecture. Nous avons par ailleurs obtenu en fin d’année les avis favorables de la commission de sécurité sur les sites de l’EHPAD Ropital à Saint-Germain-en-Laye et pour l’extension du laboratoire de biologie médicale à Poissy. Merci aux équipes qui comprennent que cet enjeu sécuritaire est essentiel ; merci à elles de ne pas relâcher la vigilance ; merci aux équipes techniques qui ont formé à la sécurité incendie 60% des personnels du CHIPS, résultat que nous avons à cœur d’améliorer encore en 2019, qui nous vaut les encouragements de la commission sous-préfectorale. Il nous faut maintenant nous projeter dans la phase 2 du schéma immobilier ; des discussions se sont engagées à l’automne dernier et sont encore en cours actuellement. Elles doivent nous permettre de finaliser la localisation de toutes les activités sur le site de Poissy.

 

 

Des avancées dans le déploiement des projets médicaux du CHIPS et du GHT

2018 a été l’occasion de belles avancées et de belles réalisations, tant dans le déploiement du projet médical du CHIPS que dans la réorganisation des services de soins :

  • la création d’une nouvelle unité de médecine gériatrique aiguë de 10 lits sur le site de Saint-Germain-en-Laye complétée de 10 lits d’orthogériatrie, pour lesquels nous avons obtenu le label d’UPOG (unité péri-opératoire gériatrique) ;
  • l’ouverture d’une unité de surveillance continue pédiatrique sur le site de Poissy ;
  • la réorganisation de la chirurgie ambulatoire et son transfert sur le site de Saint-Germain-en-Laye ; l’intégration de l’hôpital de jour de gériatrie dans l’hôpital de jour de médecine ;
  • le regroupement des lits d’orthopédie et de gynécologie au même étage ;
  • l’intégration des centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) auparavant rattachés au centre hospitalier de Versailles ;
  • la création de la communauté psychiatrique de territoire, volet de notre projet médical partagé ;
  • le fonctionnement remarquable de la filière personne âgée portée par Eric CLAPIER avec les médecins gériatres et les équipes.

Le projet médical partagé à l’échelle du GHT des Yvelines Nord a connu aussi de belles avancées et de nombreuses réflexions sont en cours pour organiser entre les établissements des parcours patients complets, gradués, en s’appuyant sur les expertises et les plateaux techniques des différents hôpitaux. Après la création d’un département de réanimation et de soins critiques début 2018 entre le CHIPS, le CHIMM et le CHFQ, nous souhaitons promouvoir ce modèle. Nous nous orientons en 2019 vers la création d’un département des services d’urgences, un département d’hépato-gastro-entérologie, et des discussions sont engagées dans d’autres disciplines entres les équipes des différents hôpitaux, en pneumologie, en neurologie, incluant lorsque cela est pertinent notre partenaire du groupement hospitalier universitaire Paris Île-de-France Ouest, en chirurgie vasculaire par exemple. Nous allons continuer à installer des consultations avancées dans les hôpitaux du GHT des Yvelines Nord où certaines disciplines ne sont pas présentes, avec l’objectif partagé d’offrir aux patients une prise en charge de qualité et un parcours complet au plus près de son domicile.

Nos équipes paramédicales ne sont pas en reste dans la mise en œuvre des projets de soins du CHIPS et du territoire. J’en veux pour preuve notamment :

  • un bel élan donné à la recherche paramédicale, dont la première demi-journée se tiendra au premier semestre 2019 ;
  • l’intelligence de la démarche de sécurisation des parcours professionnels, notamment pour les cadres par l’organisation d’un séminaire ;
  • une première infirmière envoyée en formation en master pour devenir infirmière de pratiques avancées, le décret à peine publié : d’autres suivront chaque année ;
  • un travail important qui porte déjà ses fruits sur certains métiers en tension ;
  • une communauté paramédicale toujours en quête d’innovations : la réalité virtuelle pour réduire le stress et l’anxiété, des tablettes tactiles pour les patients en médecine gériatrique aiguë, un parcours ludique à bord de voiturettes électriques pour les enfants en chirurgie ambulatoire à Saint-Germain-en-Laye, la gestion de la douleur par des prises en charge non médicamenteuses...

Enfin, le projet médical se décline aussi à travers les relations sur le territoire avec les autres professionnels de santé des établissements publics et privés et de la médecine libérale, avec lesquels nous poursuivons la recherche de partenariats :

  • le centre spécialisé de l’obésité avec la clinique de l’Europe à Port Marly ; des consultations avancées et, à venir, une coopération en soins de suite et de réadaptation de pneumologie avec le groupe le Noble Age à Achères ;
  • le projet (autorisé) d’IRM dans le cadre d’une coopération public-privé à Saint-Germain-en-Laye, avec une réflexion pour l’émergence d’un plateau d’imagerie médicale mutualisé ;
  • la réflexion autour d’une filière oncologique à Saint-Germain-en-Laye avec la clinique ;
  • le projet d’installation d’un service de médecine nucléaire sur le site de Saint-Germain-en-Laye ;
  • le développement de la plateforme Terr-eSanté (plateforme d’échanges d’informations médicales) avec les professionnels de ville (en lien avec les unions régionales des professionnels de santé et le conseil de l’Ordre des médecins).

 

 

Je salue également le travail réalisé par les fonctions dites « supports » et les différentes directions administratives pour mener à bien tous ces projets sur différents volets :

  • la qualité de vie au travail : travail sur le document unique des risques professionnels, organisation des journées d’accueil des nouveaux arrivants (avec un nouveau livret d’accueil), et développement en 2019 d’un programme « sport et bien-être », inspiré de celui de la ville de Poissy ;
  • le potentiel de formation : le GHT des Yvelines Nord compte 9 instituts et écoles, pour lesquels nous allons mettre en place une direction spécifique regroupant la formation initiale continue, le développement professionnel continu (DPC), conduite par Jérôme POZZO DI BORGO, le directeur des ressources humaines du site de Meulan-Les Mureaux.
  • la montée en charge de la direction des achats organisée au niveau du GHT depuis le 1er janvier 2018 sous la responsabilité de Caroline JÉGOUDEZ. Ce sont plus de 150 marchés passés et un niveau de maturité important. Une nouvelle direction de la logistique va être mise en place en 2019 au sein de la direction des achats et de la logistique, commune aux trois hôpitaux de la direction commune. Elle doit nous permettre d’améliorer encore et de fluidifier les organisations.
  • le professionnalisme de l’équipe des affaires financières, autour de Sandra LYANNAZ et, pour la 5è année consécutive, la certification de nos comptes avec l’appui de Cécile THOLLOT.
  • un niveau de maturité important et un travail considérable pour nos systèmes d’information qui repose sur la direction du numérique animée par Géraldine GICQUEL et son équipe :
  • les dossiers patients numériques des trois hôpitaux MCO du GHT des Yvelines Nord sont convergents. Il faut à présent faire converger les usages et les flux et poursuivre le travail engagé vers un numéro d’identification unique pour les patients. L’identito-vigilance est désormais organisée au niveau du GHT ;
  • le PACS régional est en cours de déploiement, de même que le logiciel de stérilisation commun. D’autres actions sont en cours sur le dossier de réanimation, et avec la psychiatrie ;
  • la prise de rendez-vous en ligne sera mise en place en 2019 ;
  • la plateforme Terr-eSanté va être opérationnelle également en 2019 et fluidifier encore les relations avec la médecine de ville ;
  • les systèmes de gestion administrative sont convergents et vont permettre de développer des outils de pilotage commun aux trois hôpitaux de la direction commune.

 

Un hôpital public fidèle à ses valeurs, dans l’exigence, la solidarité et la bienveillance

Je forme le vœu d’un hôpital public fort, fort des femmes et des hommes qui le composent, fort de ses missions, fidèle à ses valeurs et fier de ce qu’il est, dans l’exigence, la solidarité et la bienveillance.

  • exigence sur la qualité et la sécurité des soins et dans la recherche de l’excellence. C’est tout le sens de notre mission hospitalière. Il ne faut pas transiger avec cette exigence-là ;
  • la solidarité : les communautés sont diverses, les points de vue et les expressions également, mais il nous faut éviter tout clivage et nous rappeler que médecins, personnels soignants, administratifs, techniques ou logistiques, nous sommes tous là pour la même cause ; notre diversité fait notre richesse ;
  • la bienveillance : le respect, l’écoute et l’empathie dans la relations aux autres, aux patients, à leurs proches, dans la relation entre professionnels, bienveillance dans nos pratiques, dans le management.

C’est ainsi que nous continuerons à relever les défis, parce que nous serons soudés ; c’est ainsi que nous pourrons nous adapter au changement plutôt que subir les évolutions inéluctables et les défis qui sont devant nous ; c’est ainsi que nous ferons de nos difficultés, des opportunités ; c’est ainsi que nous saurons être intelligent, collectivement, en nous adaptant aux changements.

 

La cérémonie des vœux s’est déroulée sur le site de Saint-Germain puis sur le site de Poissy. Outre Isabelle LECLERC, ont pris la parole sur l’un ou l’autre site : la professeure Jacqueline SELVA, présidente de la commission médicale, Arnaud PERICARD, vice-président du conseil de surveillance (CS), maire de Saint-Germain-en-Laye et, par vidéo, Karl OLIVE, président du CS, maire de Poissy, représenté par Virginie MESSMER, adjointe déléguée à la santé, à la prévention, et au handicap.

 

Les agents médaillés en 2019

Francis AUBINEAU, Sophie BABOULENE, Michèle BARRAY, Marion BERTIN, Dominique BERTRAND, Noëllie BIANCARELLI, Valérie BIERRE, Nicole BOUCHER, Nathalie BOURDET, Sophie BOURREAU, Véronique BUMENN, Jean Philippe CARRE, Danièle CORREGE, Nadine DARRAS, Franck DESCHAMPS, Muriel FERRARONE, Bernard GARCZYNSKI, Nadia GAUTHIER, Corinne GODARD, Dominique ISSE, Sylvie KNECHT, Annick LAFOSSE, Séverine LE METAYER, Christine LE MEZEC, Sylvie LEFORT, Christophe LEFRANC, Yveline LEPAGNOT, Brigitte MERLETTE, Fabiola ORDONEZ, Carine PAWLAK, Olivier QUETRON, Claire ROYER, Isabelle SANTONI, Jean Mario TURPIN, Marie Pierre VALLANTIN, Nathalie VALLONE

 

 

 

Votre hôpital dans les Yvelines Nord

Retrouvez les actualités du CHIPS dans sa lettre d’information mensuelle en accès libre sur son site Internet www.chi-poissy-st-germain.fr et dans votre boîte mail sur abonnement  Lettre imprimée le 23/01/2019  Rendez-vous dans un mois pour la nouvelle newsletter sur le site Internet et dans l’intranet  Contact : servicecommunication@chi-poissy-st-germain.fr   Photos médaillés ©Ville de Poissy ©Ville de Saint-Germain-en-Laye

 

 

GÉRER MON ABONNEMENT

 

 

Vous recevez cette lettre d'informations car vous êtes abonné à la liste de diffusion
du Centre hospitalier intercommunal Poissy/Saint-Germain-en-Laye