La newsletter du centre hospitalier

Numéro 73 – Septembre 2019

 

 

En photos

Comme chaque année, la nouvelle reine des loges a rendu visite aux enfants hospitalisés sur le site de Poissy le 12 juillet (photos 3 et 4). Elle leur a offert des peluches et a posé pour des photos-souvenirs avec les enfants et les parents. Quelques jours après, c’était au tour de représentants du service de pédiatrie de se rendre à la Fête des loges, à l’occasion du traditionnel défilé (photos 1 et 2) organisé par les forains pour la Saint Fiacre, célébrée le 18 juillet lors d'une messe donnée (sur la piste des auto tamponneuses !) en mémoire de ce moine irlandais, saint-patron des jardiniers et maraîchers. A cette occasion, ce parc d’attraction orne de fleurs ses allées pour accueillir la nouvelle reine élue parmi les enfants des forains

 

À la une

 

Travaux "de vacances" pour la crèche, l'activité de chirurgie ambulatoire,
le Centre clinique de psychothérapie, le guichet des consultations

Le chantier de la nouvelle aile du site de Poissy (ci-contre), qui doit s'achever comme prévu durant le 2e trimestre de 2020, ne doit pas faire oublier que de nombreux autres chantiers sont conduits en parallèle. Rénovation, extension, mise en conformité, modernisation sont les maîtres mots de ces travaux qui s'achèvent pour certains lors de cette rentrée. Ainsi, l'activité de chirurgie ambulatoire, spécialité du site de Saint-Germain-en-Laye, va bientôt pouvoir investir de nouveaux espaces aménagés cet été au rez-de-chaussée du bâtiment Ourches, à l'extrémité ouest de la galerie (photo ci-dessous). Les patients arriveront et repartiront directement de cette zone qui dispose d'un accès immédiat au bloc opératoire et à la salle de réveil. 150 000 euros ont été investis dans ces travaux menés de mai à août. Les travaux de la crèche hospitalière à Poissy ont également été engagés cet été et se poursuivront jusqu'à la fin de cette année. Après le désamiantage des locaux de la 1ère phase, réalisé pendant le mois de fermeture de la structure, ce sont les opérations de modernisation et de re-cloisonnement qui démarrent pour ce bâtiment de 3 niveaux et de 5 306 m² datant de 1976. Le coût total est de 1,7 millions financé à moitié par le Centre hospitalier et pour l'autre moitié par la CAF et le département. Plus haut dans la rue du Champ Gaillard, quatre chambres de soins intensifs pour isoler des patients lorsque leur état le nécessite, ont été aménagées dans le Centre clinique de psychothérapie (CCP) ainsi que 4 chambres de transition. Les huisseries de 21 fenêtres ont également été remplacées, améliorant la sécurité et l'isolation thermique de ce bâtiment de 3 niveaux datant de 1980. Un budget de 550 000 euros a été consacré à ce projet. Enfin, l'espace du guichet des consultations, point de passage névralgique des personnes venant pour une consultation sur le site de Poissy, a été totalement réorganisé et étendu pour améliorer tant l'accueil des patients que les bureaux des agents du CHIPS. Un guichet pour faciliter l'accès aux personnes à mobilité réduite a également été aménagé. Une enveloppe de 120 000 euros a été attribuée à ce chantier 

 

Côté GHT des Yvelines Nord

 

11 tableaux d’honneur dans le nouveau palmarès du Point

Les 4 hôpitaux publics du GHT figurent dans les tableaux d’honneur (soit les 50 ou 30 premiers classés) pour 11 spécialités : 4e pour la chirurgie du pied (CHIMM), 5e pour l’obésité (CHIPS), 10e et 38e pour la cataracte (CHFQ et CHIPS), 15e pour la prise en charge de la sclérose en plaque (CHIPS), 17e pour la proctologie hémorroïdaire (CHIPS), 33e pour la chirurgie dentaire et orale (CHFQ). Le CHIPS rejoint nouvellement le tableau d’honneur pour ses activités de diabétologie (25e) et de sénologie (48e). Le centre hospitalier Théophile-Roussel se classe à la 35e place pour la prise en charge de la dépression et intègre directement le tableau d’honneur schizophrénie à la 40e place. Cette année, les journalistes ont classé les établissements dans 76 disciplines médicales et 44 disciplines chirurgicales. Ils ont intégré 12 nouvelles activités et ont supprimé trois classements précédents, dont la prise en charge des maladies infectieuses et du voyageur et les accouchements, spécialités pour lesquelles le CHIPS et le CHFQ figuraient aux tableaux d’honneur du palmarès 2018. À partir du 19 septembre, pour presque toutes les spécialités, il sera possible de consulter l’activité annuelle de tous les établissements, au-delà des seuls « meilleurs », sur le site internet du Point

  

Santé

 

Tout sur le bloc pudendal

Il s’agit d’une anesthésie de longue durée pratiquée dans la chirurgie hémorroïdaire, qui présente de nombreux bénéfices pour les patients. Il s’agit d’endormir le nerf pudendal qui innerve le périnée et de permettre au sphincter anal de se détendre. C’est un un geste simple, qui permet de diminuer la profondeur de l’anesthésie et, ce faisant, de réveiller plus rapidement le patient. Le bloc pudendal évite par ailleurs le recours à la morphine et donc pour le patient, des effets secondaires (nausée, constipation, ...). Enfin, il abolit les douleurs post-opératoires immédiates consécutives à la chirurgie hémorroïdaire. Son action sera ensuite relayée par un analgésique puissant. Le patient peut ainsi regagner son domicile le jour-même de l’intervention. Tout cela est expliqué dans une courte vidéo pédagogique tournée par l’ORCA dans l’un des blocs opératoire du CHIPS, avec les explications des docteurs Béatrice VINSON-BONNET (photo de droite), chirurgienne protologue, et Alia HARDEMAN, anesthésiste (photo de gauche)

 

Vidéo en ligne sur YouTube en tapant « Chirurgie ambulatoire - Astuce 7 : le bloc pudendal »

 

Lancement d’une équipe mobile psychiatrie précarité dans les Yvelines Nord

Le Centre Hospitalier Théophile-Roussel (CHTR) a remporté un appel à projet de l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France pour créer une équipe mobile Nord Yvelines afin de faciliter l’accès aux soins en santé mentale des populations en situation de précarité et d’exclusion. L’ÉMPP s’adresse également aux professionnels de terrain de première ligne intervenant auprès de ces publics. L’équipe du CHTR est constituée d’un temps de médecin coordonnateur, de cadre de santé, de psychologue, d’assistant de service social, d’assistant médico-administratif et de deux infirmiers. Elle intervient sur tout le territoire du GHT des Yvelines Nord 

 

Pour les joindre : tél 01 30 86 38 81 - mail : empp78nord@th-roussel.fr - pour en savoir plus : le site du CHTR (https://th-roussel.fr/les-soins/nos-pratiques-novatrices/lequipe-mobile-psychiatrie-precarite-empp/)

 

Enseignement et recherche

 

L’empathie clinique : une éthique du soignant

Les réunions trimestrielles de l’espace de réflexion éthique reprennent le 19 septembre. Au programme, un temps d’échange autour d’un café sur les préoccupations éthiques cliniques que les soignants peuvent être amenés à rencontrer dans leur pratique quotidienne. Puis, de 15 h à 16 h, le docteur Adrian CHABOCHE, spécialiste de médecine globale, hypnothérapeute, psychothérapeute abordera le sujet du jour : "De l’errance médicale à la décision médicale partagée. L’empathie clinique : une éthique du soignant". La réunion se déroule en visioconférence, sur le site de Poissy dans la salle de staff du 2e D et sur le site de Saint-Germain dans la salle de staff du service viscéral. Rappelons que ces réunions sont ouvertes à tous les professionnels du CHIPS et du GHT des Yvelines Nord, en activité ou non. La réunion suivante a lieu le 12 décembre

 

Contacts : Laura ARASSUS, Elisabeth HOENN, Muriel MAZARS, coprésidentes de l'espace éthique du CHIPS

 

La simulation sur mannequin, outil de formation interdisciplinaire : l’expérience de l’ERIADE

Fidèle au principe de base de la pédagogie par la simulation, « jamais la première fois sur le patient », et convaincu qu’apprendre ensemble permet de mieux travailler ensemble, l’école de formation des infirmiers anesthésistes (ERIADE) organise depuis 2017 des journées de formation par la simulation dite « haute-fidélité » (*) en interdisciplinarité avec d’autres instituts. L’équipe de cadres formateurs a choisi de travailler avec d’autres structures de formation des professionnels de santé avec lesquels les IADE eux-mêmes seront amenés à coopérer. Ainsi, depuis cette année, c’est avec les étudiants de 4e année de l’école de maïeutique de l’hôpital Foch que les élèves de 2e année de l’ERIADE travaillent durant deux journées autour de situations de soins communes et d’exercices de simulation.

 

Travailler aussi les compétences « non techniques »

La première expérience a connu un vif succès et le renouvellement de cette journée d’enseignement pour l’année prochaine est d’ores et déjà programmé. 89 % des participants sont globalement « très satisfaits » et 85 % le sont de l’intérêt scientifique de la journée comme du travail de communication interprofessionnelle : « Cela permet de mieux comprendre et connaître ce que fait l’autre » et de « comprendre quelles infos sont importantes et bonnes à transmettre », rapportent les étudiants dans le bilan de satisfaction, preuve qu’ils ont bien appréhendé tout l’intérêt d’apprendre à mieux communiquer ensemble et à travailler aussi les compétences dites “non techniques”. Cette première initiative pour les deux écoles n’est qu’une première étape au regard des projets qui se profilent avec la création d’un site pluriactivités et pluri-professionnel sur le site de l’UFR de l’UVSQ 

 

(*) La simulation en santé se décline en plusieurs axes : la « simulation procédurale » sur des mannequins classiques ou la simulation “simulation pleine échelle“ sur mannequin « haute-fidélité », reproduisant un humain.

 

Vivez une aventure humaine, devenez aide-soignant

Jusqu’au 10 septembre, il est encore temps de s’inscrire au concours d’entrée de l’institut de formation d'aide-soignant, implanté sur le site hospitalier de Poissy, et préparant au diplôme d’Etat. La prochaine rentrée est prévue le 6 janvier 2020. L’aide soignant exerce son activité dans le cadre du rôle propre de l’infirmier, en collaboration avec lui et sous sa responsabilité. Son rôle s’inscrit dans une approche globale de la personne soignée et prend en compte la dimension relationnelle des soins. L’aide soignant.e accompagne cette personne dans les activités de la sa vie quotidienne, il contribue à son bien-être et à lui faire recouvrer, dans la mesure du possible, son autonomie et dans le respect de ses droits et de sa dignité. Il travaille le plus souvent dans une équipe pluriprofessionnelle, en milieu hospitalier ou extrahospitalier. La formation se déroule en alternant période de cours et stages, en continue sur 41 semaines ou en discontinue au regard de diplômes d sanitaires et sociaux préalablement obtenus

 

Renseignement sur le site Internet du CHIPS ou en appelant au 01 39 27 51 02 du lundi au vendredi de 9 h à 16 h.

 

Repères

 

Moins de déchets, plus de tri

Alors que chaque français produit en moyenne 1,5 kg de déchets par jour, à l’hôpital, chaque patient hospitalisé génère 3,5 kg de déchets ménagers (DAOM) auquel s’ajoute 1 kg de déchets d’activités de soins (DASRI), d’après la dernière enquête publiée en 2012 dans le plan francilien d'élimination des déchets d'activités de soins. Sachant que le coût d’élimination des DASRI (incinérés dans des installations spécifiques) est presque 4 fois plus élevé que celui des DAOM, le tri des déchets relève de l’éco-responsabilité, tant écologique qu’économique.

 

Travailler la dimention environnementale du développement durable

Grâce à la participation de services pilotes (*) pour améliorer la gestion sélective des déchets, un nouveau protocole assorti d’un plan d’actions va être déployé à partir de septembre. L’objectif est de faciliter le tri et d’affiner la séparation entre les déchets à risques (qui sont incinérés dans des installations spécifiques) et les déchets assimilables aux ordures ménagères. Ces actions s’inscriront dans le volet environnemental de la politique de développement durable du CHIPS. Rappelons que le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs, et qui prend en compte trois dimensions : économique, environnementale et sociale 

 

(*) La maternité, le bloc opératoire, la médecine interne

 

Certification des comptes sans réserve pour le CHIPS et le CHFQ

Le CHIPS a vu ses comptes certifiés pour la 5e année consécutive, et ce sans aucune réserve pour l’exercice 2018, de la part des commissaires aux comptes chargés de les vérifier. Rappelons que ce dispositif de contrôle interne comptable et financier a été initié en 2014, faisant de l’établissement l’un des 31 premiers certifiés. Les objectifs du CHIPS, au démarrage de la démarche, étaient d’améliorer la qualité comptable de l’établissement, de donner des garanties supplémentaires aux tutelles et de faciliter les relations avec les banques. Cela s’est accompagné d’une meilleure définition des processus, de la révision des pratiques et de la mise en place d’un dispositif de contrôle interne et de traçabilité. Dans le cadre de la direction commune avec le CH François Quesnay de Mantes-la-Jolie (CHFQ), cette démarche a facilité la mise en place de procédures communes aux deux établissements.

 

Une dynamique de direction commune

Ainsi, le CHFQ, entré dans la démarche il y a 4 ans, a également vu ses comptes 2018 certifiés. Ce résultat est le fruit de l’implication de tous les secteurs administratifs concernés, et de la collaboration étroite de la direction des soins et de la communauté médicale. Même s'il n'est pas soumis à l'obligation de certification des comptes, le CHI de Meulan-Les Mureaux, qui a rejoint en décembre 2018 la direction commune, s’inscrit dans cette même dynamique de fiabilisation de ses comptes. L’objectif de la direction commune pour l’exercice 2019, est de poursuivre les actions visant à renforcer le pilotage du dispositif de contrôle interne en s’assurant de la mise en oeuvre des plans de contrôles interne et en réalisant ponctuellement des audits internes

 

Portrait

 

Ergothérapeutes, spécialistes de l’autonomie

Aline CHENU, Juliette CLABAULT, Marie-Claude GÉRARD, Marie-Laure LECORDONNIER et Céline MEYER fondent leur pratique sur le lien entre l’activité humaine (loisirs, habillement, repas...) et la santé. Lorsqu’on les interrogent sur les engagements indispensables pour ce poste, les ergothérapeutes répondent : « Sur prescription médicale, l'objectif est de maintenir, de restaurer et de permettre des activités humaines sécurisées, autonomes et efficaces. Nous prévenons, réduisons ou supprimons les situations de handicap en tenant compte des habitudes de vie des personnes et de leur environnement. Pour cela, nous évaluons les capacités, analysons les besoins, les habitudes de vie, et les facteurs environnementaux afin de poser un diagnostic ergothérapique pour mettre en place un plan d’intervention personnalisé de prévention, de rééducation, par l’activité, et de réadaptation ».

Mots-clés : activité humaine, indépendance, prévention, rééducation, réadaptation 

 

Pour plus de renseignements, contactez-les aux postes 01 39 27 54 20 ou 5727 ou en interne, via le DECT 67 4334

 

Dans la presse

 

Le projet lauréat du quartier de l’hôpital dévoilé

Le Parisien, dans un article publié le 13 juillet a rendu compte de la délibération du conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye qui a choisi le projet baptisé « Le Clos Saint-Louis », parmi les trois finalistes et à l’issue d’une consultation à laquelle la population a été associée. « Prochaine étape, conclut le journaliste, la question des promesses de vente et des dépôts de permis » tout en précisant que « les travaux démarreront après la fin de la réorganisation de l’hôpital et la libération d’une partie des locaux. » Le Courrier des Yvelines y a quant à lui consacré sa une du 17 juillet 

 

Où s’adresser en cas d’urgence médicale ?

C’est le titre de une du Courrier des Yvelines du 14 août avec une photo réalisée dans le Centre de consultations urgentes adultes du site de Saint-Germain-en-Laye. En effet, l’été, les congés peuvent restreindre l’accès aux médecins traitants. A côté des services hospitaliers d’urgence, il existe des dispositifs pour améliorer l’accueil et le traitement des urgences, réelles ou perçues comme telles par les patients et ne relevant pas nécessairement du service d’urgence classique. Tel le CCUA, pour les adultes généralement adressés par leur médecin traitant pour un avis médical, un examen (imagerie, laboratoire, …) ou une hospitalisation, qui fonctionne avec une équipe hospitalière. L’article mentionne aussi les points fixes de garde ainsi que la maison médicale de garde pédiatrique, dont les consultations sont assurées par les médecins libéraux sur la base du volontariat 

 

Contact : servicecommunication@chi-poissy-st-germain.fr

 

GÉRER MON ABONNEMENT

 

 

Vous recevez cette lettre d'informations car vous êtes abonné à la liste de diffusion
du Centre hospitalier intercommunal Poissy/Saint-Germain-en-Laye