La newsletter du centre hospitalier

Numéro 69 – mars / avril 2019

 

En photos

Les équipes du bloc opératoire du site hospitalier de Poissy ont accueilli une étudiante pour son projet de mémoire d’entrée en école d’art. Elle en a tiré un reportage sensible, empreint notamment de cohésion, d’écoute, de technicité et de bienveillance 

 

 

Santé

 

Une prise de sang pour dépister
la trisomie 21

Le CHIPS a mis en place depuis la fin 2018 le dépistage prénatal non invasif (DPNI) de la trisomie 21, test désormais pris en charge par l'Assurance maladie. Il est proposé à toutes les femmes enceintes dont le niveau de risque, établi par des examens des marqueurs sériques et de la mesure de la clarté nucale au cours du premier trimestre, est compris entre 1/1 000 et 1/51. Efficace à plus de 99 %, le DPNI permet d’analyser l’ADN du bébé via les cellules du placenta présentes dans le sang de la mère. Si le test ADN est positif, une amniocentèse (« prélèvement invasif) » sera proposée. Le DPNI est prescrit par la sage-femme ou le gynécologue pour être réalisé dans un centre de prélèvement hospitalier (Poissy, Saint-Germain, Meulan-en-Yvelines, Mantes-la-Jolie). L'analyse est réalisée par le laboratoire de biologie médicale du CHIPS à Poissy 

 

Le service de réanimation néonatale prend des couleurs

À la suite d’un appel à projet de la fondation La Grande Récré pour l’enfance, ce service pourtant très médicalisé a repris les couleurs de l’enfance. L’unité prend en charge les nouveau-nés prématurés et accueille leurs parents aussi souvent qu’ils le souhaitent. Des stickers jalonnent à présent les parcours, depuis les casiers pour les affaires des parents jusqu’aux entrées de chambre (personnalisées avec des ardoises magiques), en passant par les chambres rhabillées chacune dans des univers différents. La salle d’allaitement (photo ci-contre) a été décorée et aménagée pour offrir l’intimité et le calme nécessaire à ce moment privilégié pour les mamans qui tirent leur lait. Les témoignages sont unanimes, que ce soit côté maman (« La chaise à bascule est confortable et design... L’éclairage est cosy et la décoration est magnifique. »), infirmier (« On voit et on vit la différence dans l’accueil que nous offrons ») ou pédiatre (« Je suis allée voir et c'est ma-gni-fique. ») 

 

Actualités

 

Infirmières en pratique avancée (IPA) au sein du GHT des Yvelines Nord : un nouveau métier

« L’infirmière de pratique avancée […] est une infirmière diplômée d’Etat ou certifiée qui a acquis des connaissances théoriques et le savoir-faire nécessaire aux prises de décisions complexes, de même que les compétences cliniques indispensables à la pratique avancée de son métier, pratique dont les caractéristiques sont déterminées par le contexte dans lequel l’infirmière sera autorisée à exercer. » (Conseil international des infirmières, 2008).

Les conditions et règles d’exercice en pratique avancée sont définies par deux arrêtés parus en 2018. A l’issue de sa formation (Master sur 2 années), l’IPA peut exercer dans plusieurs domaines d’intervention : pathologies chroniques stabilisées (ex : artériopathies chroniques, diabète type I et II, accident vasculaire cérébral, …), oncologie et hémato-oncologie, maladie rénale chronique, dialyse, transplantation rénale. D’autres domaines, comme la psychiatrie, devraient lui être prochainement ouverts.

Pascal DAUVEL, cadre supérieur du pôle MÉDIACOeUR, en lien avec Valérie LOIZEAU, en charge du domaine de la recherche sur la direction commune, s’est vu confier la mission d’accompagnement des agents souhaitant s’inscrire dans ce processus. Il explique : «Pour sécuriser les parcours professionnels des infirmiers s’engageant dans ce nouveau métier et les intégrer aux organisations soignantes à leur retour de formation, il était primordial de structurer cet axe du Projet de soins partagé du Groupement hospitalier de territoire (GHT) des Yvelines Nord». Ainsi, le CHIPS a saisi l’opportunité d’inscrire une première infirmière en formation en septembre 2018, mention «pathologies chroniques stabilisées». D’autres infirmières seront accompagnées au sein du GHT dans les autres domaines.

Sandrine WILLIAUME, coordonnatrice générale des activités de soins et présidente de la commission de soins du GHT, complète : « Nous sommes convaincus que ce nouveau métier, et toutes les opportunités d’évolution professionnelle de nos équipes (protocoles de coopération et délégation de tâches…) font évoluer nos pratiques et impulsent des innovations managériales au sein de nos établissements avec nos partenaires extérieurs. La transition liée au changement s’opère nécessairement avec tous les acteurs : les directions concernées, le corps médical, l’encadrement paramédical, et l’ensemble de nos professionnels de santé.»

A lire en cliquant ici l’article complet en ligne dans l’intranet du CHIPS et sur le site Internet, dans les « Actualités »

 

Repères

 

« La meilleure protection, c’est la vaccination » 

La vaccination est la meilleure des protections contre certaines maladies infectieuses : il est important de se faire vacciner et de mettre à jour ses vaccinations. La Semaine européenne de la vaccination (SEV) est une initiative de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui se déroule à présent simultanément dans plus de 200 pays dans le monde. C’est l’occasion de faire le point sur le sujet. Pour vous renseigner, connectez-vous sur vaccination-info-service.fr, le site institutionnel de référence sur les vaccinations. Que vous soyez un particulier ou un professionnel, il fournit des informations factuelles, pratiques et scientifiques. A signaler également, le site www.mesvaccins.net qui se double d’une application : il s’agit d’un carnet de vaccination électronique qui permet à chacun d'enregistrer ses vaccinations avec des rappels automatiques.

 

Espace de réflexion éthique : nouveau thème et nouveau bureau ! 

Les membres du nouveau bureau de l'espace de réflexion éthique (ERE, voir photo) proposent pour cette année 2019 de réfléchir sur le thème du « patient partenaire » lors de 4 réunions :

  • le jeudi 21 mars : éducation thérapeutique et patient partenaire, observance et compliance ;
  • le jeudi 13 juin : patient partenaire, aspects juridiques ;
  • le jeudi 19 septembre : patient partenaire, entendu et respecté ou en errance thérapeutique ;
  • le jeudi 12 décembre : patient partenaire, quid de l’autonomie du choix chez le patient psychiatrique ou en détention.

 

Les réunions sont ouvertes à tous les professionnels et ont désormais lieu en visioconférence
de 14 h 30 à 16 h 30 : sur le site de Poissy (bâtiment principal, au 2e étage, dans la salle
de staff) et sur le site de Saint-Germain-en-Laye dans la salle de staff du service de chirurgie viscérale 

Les membres du nouveau bureau de l’ERE, de gauche à droite :
Martine ALBERT, médecin, Muriel MAZARS, cadre supérieur de santé, Laura ARASSUS, médecin, Élisabeth HOENN, médecin
et Véronique KIRSCHNER, kinésithérapeute

 

 

Comment venez-vous à l'hôpital ?

En 2024, le RER E sera prolongé entre Haussmann Saint Lazare et Mantes-la-Jolie, en passant notamment par les gares de Poissy et des Mureaux. Le club d’entreprises Eole Vallée de Seine réalise dans cette perspective une enquête destinée à susciter et proposer des projets aux collectivités sur les sites d’aménagement de la future ligne du RER E, en particulier de ses gares. Un questionnaire est accessible pour les collaborateurs des hôpitaux du GHT des Yvelines Nord via les intranets du CHFQ, du CHIMM et du CHIPS. Les visiteurs, partenaires, patients (...) des hôpitaux peuvent également contribuer en témoignant de leurs pratiques actuelles de déplacement avec un questionnaire rapide (de moins de 5 minutes). Pour y accéder, utilisez ce flashcode ou consultez le site internet www.clubeolevalleedeseine.eu. Le Club partagera les résultats à l’été 2019 

Pour plus d’informations sur le projet Eole www.rer-eole.fr

 

Enseignement et recherche

 

Succès des JPO des instituts de formation

À l’instar des salons étudiants, les instituts de formation paramédicale du CHIMM et du CHIPS ont accueilli dès le début de l’année 2019, les futurs bacheliers et les étudiants en cours de réorientation, intéressés par les métiers de la santé. Le succès grandissant de ces journées portes-ouvertes (JPO) rencontre une forte attente des jeunes sur les métiers paramédicaux à l’hôpital et sur le mode de recrutement via la plate-forme d’admission post bac Parcoursup. La réforme du bac motive aussi les collégiens à venir se renseigner pour éclairer leur choix d’options en première, et leur permettre d’intégrer ultérieurement les instituts de formation paramédicale. Rappelons par ailleurs, que les épreuves de sélection d’entrée en IFSI sont abandonnées au profit des choix inscrits sur Parcoursup. A Poissy, les journées portes ouvertes des instituts de formation en soins infirmiers (IFSI), d’aide-soignant (IFAS) et de manipulateur en électroradiologie médicale (IFMEM) ont attiré près de 200 visiteurs, pour la plupart des lycéens accompagnés des parents qui ont pu visiter les écoles et rencontrer formateurs et étudiants. Ils ont ainsi reçu des informations concrètes sur les parcours de formation et les métiers du soin. Les équipes pédagogiques et administratives des instituts de formation du GHT ont également tenu des stands au salon de l’étudiant pisciacais où elles ont accueilli près de 70 futurs étudiants. Aux Mureaux, les équipes des 5 instituts de formation du Campus ont ouvert leurs portes à plus de 450 visiteurs, dont 220 jeunes entre 17 et 19 ans. Une forte attractivité pour les métiers de la rééducation et de la réadaptation (instituts de formation en ergothérapie, kinésithérapie, psychomotricité) a été pointée

 

De nombreux étudiants bénévoles
étaient présents pour témoigner

 

 

 

 

 

Dans la presse

 

Aux petits oignons pour les seniors

Le 7 mars dernier, les équipes médico-soignantes et de la restauration du CHIPS se sont mobilisées pour offrir un déjeuner sortant de l'ordinaire aux 240 résidents des EHPAD, des unités de soins de longue durée de Poissy et de Saint-Germain-en-Laye et de l’hôpital de jour Etape 3 A. La décoration, le service et le menu ont été concoctés à la façon d'un restaurant. Invité, le journaliste du Courrier des Yvelines décrit le menu dans son édition du 13 mars « un opéra de saumon et sa crème à l’aneth en entrée, une blanquette de veau à l’ancienne avec pommes fondantes et tagliatelles de carottes en plat principal, suivi d’un crottin de chavignol et d’un café gourmand en dessert. Le tout accompagné d’un beaujolais. » Cette opération s'inspire du concours culinaire « Silver Fourchette » proposé à tous les chefs cuisiniers des établissements médico-sociaux. Il permet d’aborder les enjeux de la dénutrition des seniors de façon ludique, de valoriser le savoir-faire des cuisiniers, de favoriser la transmission intergénérationnelle et de communiquer sur les initiatives des établissements à l’extérieur. Au quotidien, pour proposer des menus équilibrés, source de plaisir (présentation, goût, texture) et adaptés aux besoins des malades (sans gluten, sans sel, enrichi, moulu, mixé …), le service restauration travaille avec le service diététique et avec l'unité transversale de nutrition clinique 

 

« Ma première fois : l'hôpital »

Tourné en (petite) partie au CHIPS par l’agence CAPA, ce documentaire a été diffusé sur TF1 le dimanche 3 février avec une audience de près de 3,5 millions de téléspectateurs. « Que l'on soit patient ou soignant, faire ses premiers pas à l'hôpital est une épreuve redoutable. Chaque année, dans cet univers si particulier, des étudiants effectuent leur premier stage, soignent leurs premiers patients. Ils doivent affronter de lourdes responsabilités et des rythmes de travail harassants. » Pendant plusieurs semaines, une équipe de Grands reportages a suivi des sages-femmes, des médecins, des infirmiers ou simplement des patients qui font leurs premiers pas à l'hôpital : Jeanne, étudiante en 3è année d’école de sage-femme à l'université de Versailles Saint-Quentin, Benoît, ancien ingénieur, qui fait son premier stage d’internat, Sofiane, apprenti «marchand de sable», autrement dit infirmier anesthésiste, ainsi que Marie et Thomas, parents en devenir de jumelles, dont les premières consultations ont eu lieu au CHIPS avec un gynécologue et une sage-femme. Le sujet n'est malheureusement plus disponible en replay

 

Au nom de la loi

 

« Les images, un casse-tête »

C'est le titre d'un article (*) repéré par la documentaliste du CHIPS et rédigé par une avocate pour une revue spécialisée. Morceaux choisis : l’auteur d’une photo ou d’une vidéo est protégé par le code de la propriété intellectuelle et leur utilisation est soumise à autorisation. De plus, l'image, qu’elle soit fixe ou animée, peut représenter une personne et c'est alors la théorie du droit à l'image (essentiellement basée sur la jurisprudence) qui entre en jeu, selon qu'il s'agit d'un cadre commercial ou d'une finalité d'information. Il est préférable de s'en tenir au principe de précaution et de requérir formellement l'accord des personnes représentées. Des formulaires sont disponibles à cet effet dans la GED intranet pour les professionnels du CHIPS. Pour lire l’article en texte intégral, suivez le lien URL ci-dessous : https://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2014-4-page-54.htm
(*) VERBRUGGE Joëlle, «Les images, un casse-tête », Documentaliste-Sciences de l'Information, 2014/4 (Vol. 51), p. 54-55. DOI : 10.3917/docsi.514.0054 

 

 

Comité de rédaction

Animé par le service communication, il se réunit tous les 2 mois pour contribuer à nourrir et à faire évoluer cette newsletter. Ont répondu à l’appel à candidatures : Nassima ARRAR, Patricia BOUICHE-PEAN, Eric CLAPIER, Laurène CLENET, Françoise DAMAGEUX, Monique GIRAUD, Valérie LOIZEAU, Natacha STILL

 

 

GÉRER MON ABONNEMENT

 

 

Vous recevez cette lettre d'informations car vous êtes abonné à la liste de diffusion
du Centre hospitalier intercommunal Poissy/Saint-Germain-en-Laye