La newsletter du centre hospitalier

Mars 2012

Découvrez le nouveau numéro de la lettre d'information électronique du centre hospitalier de Poissy-Saint-Germain-en-Laye. Les infos sont consacrées aux actualités de l'établissement, aux événements à inscrire sur vos agendas, à des sujets de santé publique ainsi qu'aux nouveautés du site internet.

Bonne lecture !

 

ACTUALITÉ

Le Chips a voté les orientations médicales de son nouveau projet d’établissement

Au travail depuis plusieurs mois, la communauté médicale du centre hospitalier a adopté les axes d’un nouveau projet médical et affirmé sa détermination quant à la reprise du projet de reconstruction de l’hôpital sur un site unique et tiers dès que la situation le permettra. Aujourd’hui, une période transitoire s’ouvre, qui est mise à profit pour l’ouverture d’une unité médicale de soins continus (voir ci-dessous le point santé) sur le site de Saint-Germain-en-Laye ainsi que pour la reconstruction d’un bâtiment dédié aux urgences et à la réanimation (voir ci-dessous le point santé) sur le site de Poissy. A l’issue de cette période, le Chips s’engagera vers une réorganisation des activités sur chaque site, en fonction des modalités de prise en charge des patients (chaud ou froid) (voir ci-dessous le point santé). Ces orientations ont été présentées aux partenaires sociaux et à la communauté hospitalière, adoptées par le directoire puis votées par les membres du conseil de surveillance, qui mèneront un travail d’approfondissement des impacts de cette réorganisation des activités. Ces orientations marquent une étape décisive à la fois dans la dynamique médicale dont elles témoignent et dans la consolidation d’une offre de soins structurée et lisible au sein du territoire.

 

EN BREF

Où en est le système hospitalier français ?

C’est le fil rouge du sujet de près de 3 minutes diffusé sur i télé le 20 mars et tourné dans le centre hospitalier. Trois médecins ont accepté d’apporter des éléments de réponse et d’exprimer leurs inquiétudes pour l'avenir de l'hôpital public en France. Pour visionner le reportage, cliquez ce lien : http://www.itele.fr/video/lhopital-public-au-bord-de-lasphyxie

 

Réouverture de la radiothérapie

Le journal de Saint-Germain-en-Laye consacre une page à l’annonce de la réouverture du centre de radiothérapie sur le site de Saint-Germain-en-Laye. Nous publions avec l’aimable autorisation de la rédaction la page 4 de l’édition du 23 mars parue sous le titre « 1200 patients soignés à Saint-Germain ».

 

SANTÉ

Chaud ou froid ?

Cette distinction s’applique à l’organisation des prises en charge médicales et chirurgicales selon qu’elles requièrent ou non la proximité d’un service de réanimation. Ainsi des patients arrivant aux urgences suite à un accident ont potentiellement besoin de pouvoir être accueillis dans un service de réanimation : c’est le « chaud ». En revanche, le parcours des personnes venant pour une consultation ou pour des actes chirurgicaux programmés, sans risque de complication post opératoire et qui ne nécessitent un séjour à l’hôpital que de quelques heures, en ambulatoire, ne passera pas par la réanimation : c’est le « froid ». Le développement d’une chirurgie ambulatoire de qualité et restructurante est un objectif prioritaire du ministère en Ile-de-France. Cette prise en charge, qui couvre une large partie du champ de la chirurgie et pas seulement les actes mineurs, s’appuie sur la mise en oeuvre de protocoles, de chemins cliniques adaptés à chaque type de pathologie et de patient, d’évaluation régulière des méthodes et des résultats. Elle impose une gestion parfaite des suites opératoires et  un contact étroit avec le patient dans les jours qui suivent l’hospitalisation. 

Unité de soins continue ou réanimation ?

Une unité de réanimation doit pouvoir, d’une part, accueillir en urgence, à tout moment, des malades qui présentent une ou plusieurs défaillances viscérales engageant le pronostic vital, et, d’autre part, en assurer le suivi, souvent très complexe. La prise en charge des malades hospitalisés dans cette unité nécessite la présence de médecins compétents en réanimation 24h/24. Une telle unité, qui prend en charge des malades graves, induit une charge en soins élevée nécessitant un personnel paramédical important et performant. Une unité de soins continue (USC) répond prioritairement aux besoins des unités d’accueil des urgences et d’hospitalisation ainsi que du bloc opératoire. Elle a pour but de prendre en charge des malades de gravité dite « intermédiaire », avec des techniques moins lourdes qu’en réanimation. La surveillance paramédicale et médicale est tout aussi rapprochée, 24h/24. L’USC  fonctionne en réseau avec une unité de réanimation sur un site proche, afin de permettre, si besoin avec les moyens du SMUR, le transfert de patients. L’environnement hospitalier d’une USC permet notamment de mettre en en oeuvre une ventilation artificielle, de réaliser des clichés radiographiques, d’échographies et d’endoscopies au lit du malade. L’accès à un secteur opératoire, à la scanographie et aux examens de laboratoire de routine (hématologie, bactériologie, biochimie, toxicologie) sont assurés dans des délais compatibles avec les impératifs de sécurité des malades.

 

Zoom sur les urgences

A l’horizon 2014/2015, le projet médical prévoit qu’un nouveau bâtiment consacré aux urgences (médicales et traumatologiques) et à la réanimation sera construit sur le site hospitalier de Poissy. Aujourd’hui, le service d’accueil des urgences assure des astreintes départementales pour l’ORL et l’ophtalmologie (pédiatriques et adultes), et est le centre de référence pour les hémorragies de la délivrance. Il accueille également les victimes d’AVC (accident vasculaire cérébral) qui sont pris en charge dans l’unité de soins intensifs neuro-vasculaires (USINV), En 2011, plus de 47 000 passages ont été enregistrés aux urgences (à Poissy et à Saint-Germain-en-Laye). A ce nombre, il convient d’ajouter les urgences spécialisées qui sont accueillies dans d’autres bâtiments du site de Poissy : les urgences pédiatriques médicales (plus de 21 000) et les urgences gynécologiques ou obstétricales (17 000). On peut enfin signaler les 3 800 sorties des équipes de SMUR du centre hospitalier, envoyées en intervention à la demande du 15, et les 700 transports entre hôpitaux qu'ils ont réalisé pour des patients nécessitant une surveillance médicale intensive pendant ce trajet.

 

REPÈRES

Que sais-je sur mon hôpital ?

Savez-vous combien de naissances ont eu lieu en 2011 dans le centre hospitalier ? Connaissez-vous son score dans la lutte contre les infections nosocomiales ? Savez-vous qu’il abrite les seuls services publics des Yvelines Nord pour la chirurgie du strabisme, pour la diabétologie, la pneumologie ou encore les maladies infectieuses ? Pour en savoir plus, lisez l’édition 2011 des chiffres clés qui vient de paraître.

 

Le e-learning au service du dossier Patient informatisé

Tous les professionnels sont appelés à se familiariser avec le nouvel environnement informatique Sillage dédié à la gestion du Dossier Patient. Devant la difficulté de réunir les professionnels, c’est la formation à distance qui est privilégiée. Chaque cours peut être appréhendé en une quinzaine de minutes. On y accède depuis l’un des ordinateurs du centre hospitalier, avec un identifiant personnel auquel est attaché un profil utilisateur et ses cours spécifiques. Contexte, réglementation, recommandations et leur traduction dans les écrans: la présentation des nouvelles fonctionnalités est adossée à la cartographie des processus de prise en charge du patient, recueil des pratiques réalisé au préalable dans les services. En début d’année, les médecins ont été invités à se connecter pour pouvoir utiliser Sillage et coder leurs actes et diagnostics (« codage PMSI »). Prochaine étape : la gestion des rendez-vous par les secrétaires médicales.

 

Conceptrices et rédactrices de la newsletter 
Noëllie Biancarelli, Laura Lefranc et Hélène Vidalis


Vous souhaitez réagir ou nous faire part d'une attente pour ce support ? Rendez-vous sur la page de contact. N'hésitez pas à faire suivre cette newsletter à d'autres personnes, elles pourront s'y abonner depuis notre site internet.

Pour ne plus recevoir notre lettre d'information, il suffit de suivre ce lien formulaire d'inscription/désinscription

Vous pourrez vous réinscrire à tout moment.