La newsletter du centre hospitalier

Numéro 78 spécial voeux – Janvier 2020

 

 


 

Photos : David MADELAINE, ville de Poissy – Jacques PARAY, ville de Saint-Germain-en-Laye

 

La cérémonie des voeux s’est déroulée le 13 janvier sur le site de Saint-Germain-en-Laye puis sur le site de Poissy. Isabelle LECLERC a prononcé son 2e discours de voeux depuis sa nomination à la direction générale du CHIPS et du GHT des Yvelines Nord en avril 2018. Outre Isabelle LECLERC, ont pris la parole sur l’un ou l’autre site : le professeur Patrick ROZENBERG, élu en décembre dernier président de la Commission médicale de l’établissement, Arnaud PÉRICARD, vice-président du conseil de surveillance (CS), maire de Saint-Germain-en-Laye et Karl OLIVE, président du CS, maire de Poissy. Dix-sept médailles du travail ont été remises à l’issue des allocutions. Les participants ont ensuite partagé la galette des rois.


Les voeux d’Isabelle LECLERC, directrice générale

Mes premiers remerciements s’adressent aux équipes qui, au quotidien, sont engagées, fidèles aux valeurs qui sont les nôtres auprès des patients. Je salue votre engagement, votre sens des responsabilités, votre dévouement, votre professionnalisme. Je souhaite vous dire au nom de toute l’équipe de direction, notre attention, notre vigilance, notre réactivité chaque fois que cela est nécessaire pour apporter des solutions aux difficultés du quotidien.

 

Je ne peux commencer ces voeux sans un mot sur le contexte que traverse aujourd’hui l’Hôpital public. Tout d’abord le mouvement de grève national dans les services d’urgences depuis plusieurs mois. Des propositions ont été faites par le gouvernement et des mesures sont déjà mises en place comme le versement de l’indemnité forfaitaire. Cette grève a connu un épisode local l’été dernier au cours duquel un dialogue s’est immédiatement établi avec les personnels et les organisations syndicales. Nous avons apporté des réponses locales dans un protocole (agent de sécurité 24h/24, augmentation des effectifs…). Le dialogue social se maintient et, d’ici quelques mois, le service des urgences intégrera ses nouveaux locaux avec de meilleures conditions d’accueil pour les patients, et de meilleures conditions de travail pour le personnel.

Recours massif et parfois non justifié à nos services d’urgences, démographie médicale en ville, accès aux soins, sortie dans des structures d’aval adaptées : la « crise des urgences » dépasse l’Hôpital et ne se résoudra pas uniquement ici. C’est pourquoi nous sommes engagés dans la politique « zéro brancards », priorité régionale, et je remercie les médecins et les cadres qui ont accepté de porter ce projet.

En 2019 à nouveau, grâce à l'investissement des différents praticiens, la permanence des soins a été assurée pendant la période estivale à Saint-Germain-en-Laye. Nous souffrons toutefois dans certains secteurs (aux urgences, en médecine, en néphrologie, en anesthésie notamment) de difficultés à recruter des médecins. Nous mettons tout en oeuvre dans le cadre de la réglementation actuelle : postes partagés et primes multisites pour les exercices partagés, contrats de cliniciens ; nous nous préoccupons aussi de la question du logement des FFI (faisant fonction d’interne) et des médecins stagiaires étrangers. Sur ces sujets, fondons des espoirs dans la réforme du statut par la mise en place d’un statut unique favorisant un exercice mixte, permettant de conjuguer exercice hospitalier, moindre contrainte et niveau de rémunération plus élevé.

 

Une transformation, profonde, spectaculaire, enthousiasmante

Tout n’est pas au beau fixe. Bien que la clôture budgétaire ne soit pas terminée, nous sommes en mesure de dire que nous n’aurons pas en 2019 réduit notre niveau de déficit, en dépit d’une maîtrise parfaite de nos dépenses. Malgré nos difficultés, en 2019, nous avons mené à bien avec succès de nombreux et de beaux projets ; d’autres verront le jour en 2020 et le CHIPS poursuit sa transformation, profonde, spectaculaire, enthousiasmante : c’est cela qui doit nous guider.

Tout au long de l’année, nous avons vu se construire et s’élever étage après étage ce beau bâtiment qui sera achevé en avril/mai, comme prévu, et qui sera inauguré cette année. Le budget de l’opération en a été tenu : 71 M€. Ce bâtiment permettra à nos patients de bénéficier d’excellentes conditions d’hébergement et aux personnels de bonnes conditions de travail.

Moins visibles, les travaux de mise en conformité de sécurité incendie ont été menés parallèlement à Poissy et à Saint-Germain-en-Laye pour un montant de 14 M€.

Les travaux d'extension de l'établissement d'hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) HERVIEUX ont commencé et devront permettre d'augmenter la capacité d'accueil de l'établissement et de créer un pôle d'activités de soins adaptés (PASA) aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou apparentées, Le chantier doit s'achever fin 2021 pour, à terme, regrouper les deux EHPAD du CHIPS sur un même site.

Nous avons conclu, après un an et demi de discussions nourries et complexes, la vente partielle du site de Saint-Germain-en-Laye pour un montant de 43 M€. Je remercie le maire, Arnaud PÉRICARD, et la Ville de Saint- Germain-en-Laye, ainsi que l’EPFIF (Établissement public foncier d’Île-de-France) pour la qualité de nos échanges et pour cet épilogue heureux, clé de voûte de notre feuille de route pour les 5 années à venir.

 

Saint-Germain-en-Laye, site de la chirurgie ambulatoire et vitrine du CHIPS

J’entends encore dire que le site va fermer : non ! Le site de Saint-Germain-en-Laye sera le site ambulatoire du CHIPS tel qu’il a été prévu dans le projet médical : des consultations spécialisées, en urgences au Centre de consultations urgences adultes (CCUA), un important plateau technique d’imagerie qui sera complété d’une IRM et d’un service de médecine nucléaire, la radiothérapie, un hôpital de jour de médecine, un plateau de chirurgie ambulatoire. Ce sera cela « Le Nouveau Saint-Germain-en-Laye » dans « Le Quartier de l’hôpital », un projet éminemment important pour le CHIPS, offrant des conditions d’accueil et de prise en charge modernes à nos patients.

 

Une feuille de route ambitieuse pour les 5 années à venir

Notre feuille de route pour les 5 années à venir est chargée, ambitieuse et devra tous nous mobiliser pour réussir ce défi, et ce dès cette année 2020. De nombreuses opérations de transfert, relocalisation, rénovation vont s’enchaîner à un rythme soutenu dans les prochaines années pour mener à bien notre projet dans le respect des échéances de libération du site de Saint-Germain-en-Laye auxquelles nous sommes tenus.

Nous avons défini en concertation avec les chefs de service et cadres de pôle la localisation des différents services dans le bâtiment historique et l’occupation du 5e étage de la nouvelle aile (entièrement réservé à l’hospitalisation). Ces discussions se sont déroulées dans un bon climat d’écoute, de compréhension, et de sérénité.

Nous poursuivons actuellement le travail pour l’organisation des espaces de consultation et du plateau technique, à Poissy et à Saint-Germain-en-Laye parallèlement.

À l’été, les services devant intégrer la nouvelle aile auront emménagé : la maternité, le secteur naissance, la réanimation, l’USIC (unité de soins intensifs de cardiologie), l’USINV (unité de soins intensifs neurovasculaires), les urgences adultes, l’AMP (assistance médicale à la procréation), la cardiologie, le SMIT (service des maladies infectieuses et tropicales), la neurologie…

À la rentrée, toutes les unités d’hospitalisation complète du site de Saint-Germain-en-Laye auront été transférées à Poissy selon le calendrier que nous nous sommes fixés.

Nous allons engager cette semaine avec l’Agence régionale de santé (ARS) des discussions approfondies sur le financement de l’étape suivante dite « phase 2 » (rénovation du bâtiment historique – psychiatrie - bloc opératoire) et bénéficions d’une écoute attentive. Nous avons lancé une mission de programmation pour la rénovation totale des locaux de psychiatrie ; nous nous préparons à faire de même pour le bloc opératoire.

 

Un projet médico-soignant à l’échelle du territoire

Notre feuille de route pour les 5 années à venir, c’est aussi notre projet de territoire à travers la mise en oeuvre du projet médical partagé (PMP) et du projet de soins partagé (PSP). En 2020, nous allons poursuivre le travail engagé sur les activités médicotechniques (pharmacie, biologie, anatomopathologie, imagerie), mais également sur les filières de soins et, notamment, sur les parcours en cancérologie et en chirurgie. Nous allons continuer aussi l’important travail réalisé en 2019 par les 4 hôpitaux du GHT sur la psychiatrie ainsi que celui mené avec les hôpitaux de Mantes-la-Jolie et de Meulan-les Mureaux (avec lesquels nous sommes en direction commune), sur les soins de suite et de réadaptation et sur le parcours des personnes âgées.

Le séminaire médico-soignant du GHT qui s’est tenu le 8 janvier et qui a réuni plus d’une centaine de personnes, médecins et soignants, a été un succès, Je suis confiante dans la volonté et l’ouverture des communautés médicales et soignantes pour permettre aux habitants de notre territoire d’avoir accès à des soins de qualité gradués au sein du territoire.

Nous ne travaillons pas uniquement au sein de notre GHT, mais aussi avec les établissements de santé du GHT Sud, et en particulier avec le Centre hospitalier de Versailles, notamment sur les parcours de cancérologie, dont certains seront organisés à l’échelle départementale.

 

Zoom sur les équipements biomédicaux

Nous poursuivrons, dans la mesure de nos moyens, le renouvellement de nos équipements biomédicaux et procédons à de nouvelles acquisitions. Ainsi en 2019 :

Nous avons installé une nouvelle salle cardio vasculaire interventionnelle de dernière génération pour un coût de 2M€.

Nous avons, en juin dernier, inauguré l’extension du laboratoire de biologie et l’acquisition d’une chaîne automatisée ultra moderne pour les examens de biochimie et de sérologie infectieuse.

Nous avons pu acquérir un automate de nouvelle génération pour les analyses des frottis, projet commun pour les 3 hôpitaux de la direction commune, installé à Mantes-la-Jolie.

Nous avons renouvelé et organisé la gestion du parc échographique des 3 maternités du GHT.

 

Notre projet médical et soignant repose aussi sur le développement de la recherche médicale. N’oublions pas que le CHIPS est un hôpital hospitalo-universitaire. Nous avons une commission de recherche commune avec Mantes-la-Jolie et nous envisageons de tisser des liens plus étroits avec le CH de Versailles. Je souligne également le dynamisme de la communauté paramédicale en ce domaine, qui a organisé en 2019 sa première « Journée de la recherche paramédicale ».

Le travail avec ville, dans lequel nous sommes largement engagés, se poursuivra à l’appui de notre projet médical et soignant. Nous sommes signataires de plusieurs contrats locaux de santé ; nous serons engagés dans toutes les communautés territoriales professionnelles de santé qui se développeront sur le territoire, comme nous le sommes déjà aux Mureaux, à Conflans-Sainte-Honorine, à Mantes-la-Jolie.

Nous continuerons à tisser des liens forts avec la médecine de ville par le biais des enseignements post universitaires (EPU) organisés régulièrement à Saint-Germain-en-Laye, par la mise en oeuvre d’outils tels que les annuaires, le déploiement de la plateforme Terr-eSanté pour permettre et accélérer les échanges dématérialisés entre les médecins de ville et l’hôpital. Nous devons également développer des liens plus forts avec les établissements de santé privés.

 

Attractivité de nos métiers

Nous avons encouragé les belles initiatives des équipes qui ont jalonné 2019, notamment en faveur de l’attractivité de nos professionnels :

La journée portes-ouvertes de Poissy et le Job Dating des instituts du GHT avec une très grande participation des équipes et beaucoup de créativité, ce qui témoigne de l'attachement des équipes à leur établissement.

La journée portes-ouvertes dans nos instituts de formation : nous accueillons près de 1 000 étudiants dans nos 9 instituts.

Notre participation aux « Journées RH » de La FHF (Fédération hospitalière de France) sur la thématique de l'attractivité, et, dans ce cadre, l'audition d’étudiants d’instituts de formation du GHT par la FHF.

Le travail sur l'accompagnement en formation des métiers de la rééducation et de l'imagerie par le biais de la promotion professionnelle et des contrats de pré-recrutement. Sur ces métiers en tension, ce travail porte ses fruits.

Nous avons accompagné la sécurisation des compétences professionnelles : d’une part, en accompagnant des IBO de la direction commune pour constituer leur dossier pour la réalisation dérogatoire de trois actes exclusifs ; d’autre part, par la conception d’un parcours d'intégration et de sécurisation des FFCS (faisant fonction de cadres de santé) de la direction commune intégrant la mise en place de simulations managériales pour travailler sur leurs pratiques.

Nous participons résolument au développement des nouveaux métiers : formation des infirmières de pratiques avancées au niveau du GHT : 6 infirmiers sont engagés dans ces cursus, le premier d’entre eux sortira en juin 2020.

Des protocoles de coopération sont en cours d'écriture ou de réflexion (manipulateurs en électroradiologie médicale/IDE/IADE).

 

Bien-être au travail

Nous avons démarré en 2019 le programme Sport Santé avec le soutien de la ville de Poissy, en l’adaptant à nos spécificités hospitalières, avec aujourd’hui une quarantaine d'agents participants. C’est en partie grâce à l’attachement et au soutien du président du CS du CHIPS, Karl OLIVE, que ce dispositif a pu voir le jour à l’hôpital.

D’autres initiatives sont à l’oeuvre telle l’augmentation des ateliers de sophrologie proposés aux agents passés de 2 à 4 créneaux horaires.

Une « salle zen » va très bientôt être mise en service H24 pour tous les professionnels sur le site de Poissy, fruit d’un travail mené conjointement avec les représentants du personnel. Elle est équipée de lunettes de réalité virtuelle, d’un fauteuil massant relaxant et d’une zone d’aromathérapie.

4 Les commissions de santé au travail et maintien dans l'emploi ont repris tandis que s’est mise en place une commission de la prévention des risques professionnels pour permettre un dialogue social autour des situations individuelles et de l'accompagnement des agents.

Enfin, un nouveau médecin du travail nous a rejoint le 1er janvier.

 

Associer nos patients à la vie de l’hôpital

Les représentants des usagers, dont le regard nous aide à progresser au quotidien, ont récemment été renouvelés dans nos instances. Nous nous engageons à présent dans une démarche de valorisation de « l'expérience patient » qui suscite l'enthousiasme des 3 établissements.

Nous nous préparons dès aujourd'hui à la nouvelle certification de la Haute Autorité de santé (HAS) version 2020 qui devrait avoir lieu d'ici deux ans. Ce nouveau référentiel est largement centré sur les droits des patients et la place qui leur est accordée dans le processus de prise en charge. Il fera une large part à l'expérience patient et à la notion de pertinence des soins. Nous organisons à l’échelle du GHT cette future certification commune et un groupe de travail territorial s’est déjà mis en place.

 

L’innovation au coeur de l’amélioration des pratiques

Des initiatives témoignent de la formidable richesse, de la créativité et de l’engagement de nos équipes.

La cellule innovation du GHT a récemment été constituée à l'appui des projets contribuant à l’amélioration des pratiques professionnelles de santé. Elle a été lancée lors des premières « Rencontres de l’innovation », organisées avec le soutien du Lab Santé de l’ARS d’Ile-de-France. De nombreux projets ont pu être mis en oeuvre lors de la phase test de ce dispositif avec des résultats probants, un vivier de start-up travaillant avec nous a pu être constitué et beaucoup de professionnels se sont déjà impliqués.

Plus généralement, je salue la forte mobilisation des professionnels sur tous les projets menés au sein de la direction commune et beaucoup d'engagement dans les groupes de travail institutionnels et les nombreux projets partagés et décloisonnés.

 

Notre ambition pour le CHIPS

Pour conclure, 2020 sera comme 2019 une année riche et dense. Nous sommes à l’aube de nombreuses réformes de fond qui, pour certaines, vont bousculer un cadre établi : la suppression du statut de praticien hospitalier, la mise en place des commissions médicales de Groupement, les mesures favorisant l’investissement.

Laissons-nous porter avec enthousiasme par nos projets, soyons confiants en notre capacité à les mener, soyons forts de notre ambition pour le CHIPS. Vous pouvez compter sur l’équipe de direction, dont je peux témoigner de l’engagement, pour vous accompagner dans votre quotidien comme dans vos projets. Je sais que nous pouvons compter sur vous. Continuons à croire en l’Hôpital Public, restons unis pour porter et défendre ses valeurs, restons solidaires en ces temps parfois heurtés… Restons à l’écoute et bienveillants les uns envers les autres.

 

Les voeux du Pr Patrick ROZENBERG, président de la CME

Je commence cette nouvelle fonction avec beaucoup d’humilité.

Tout d’abord, parce que si j’ai officiellement le titre de président de la CME, il s’agit en réalité d’une présidence plurielle, un triumvirat composé de Valérie SERAZIN, Nicolas TABARY et moi-même. Et notre objectif est de maintenir et porter au mieux la notoriété de notre hôpital.

Ensuite, cette présidence est une sorte d’intérim car elle sera brève : un an ou à peine plus du fait des modifications à venir de la future gouvernance.

Enfin, l’essentiel du devenir de cet hôpital a déjà été planifié par notre présidente précédente, Jacqueline SELVA, en collaboration étroite avec notre direction : le nouveau bâtiment est sorti de terre et sera fonctionnel en Juin, et l’essentiel de notre politique médicale est maintenant clairement définie et consensuellement validée.

 

Peut-être ma seule légitimité pour parler devant vous aujourd’hui est d’avoir grandi, travaillé et aimé cet hôpital depuis plus de 30 ans. J’ai été interne dans le service d’obstétrique et gynécologie en 1984, j’y suis devenu assistant en 1988, puis PH en 1992, et enfin, PU-PH en 2011. Né professionnellement dans cet hôpital, j’ai eu et j’ai la chance de rester en contact étroit avec la plus grande partie du personnel qui m’a vu grandir.

 

Durant toutes ces années, j’ai observé une singularité exceptionnelle de notre hôpital : j’ai toujours rencontré des personnels intentionnés, empathiques, et investis. J’ai eu l’occasion d’être soigné et faire soigner ma famille dans notre hôpital et, à chaque fois, j’étais touché par la bienveillance et la gentillesse des personnels : qu’il s’agisse des médecins, des infirmièr·e·s, des sages-femmes (bien sûr !), des aides-soignant·e·s, des secrétaires, des brancardiers ou des agents administratifs. Cette singularité de notre personnel est fondamentale et m’a appris qu’il n’y a pas un bon médecin ou une bonne infirmière … Il ne peut y avoir que de bonnes équipes soignantes car la qualité est collective ou elle n’est pas. Et cette singularité collective, je l’ai rarement observée dans d’autres structures hospitalières, alors ne la perdons surtout pas, elle est l’âme du CHIPS.

Cependant, en l’espace d’une décennie, les politiques gouvernementales successives nous ont fragilisé, appauvri, et ont dégradé nos conditions de travail. Si bien que j’ai vu s’installer progressivement et insidieusement la morosité dans notre hôpital qui était pourtant si jovial. Nos directions successives étaient entre le marteau et l’enclume : entre le désir de nous protéger et la nécessité de respecter les contraintes budgétaires.

Cet hôpital est ma passion et les personnes avec qui je travaille au quotidien sont devenues ma seconde famille. J’ai appris à veiller sur eux, comme eux ont veillé et veillent sur moi. Ce long et lent apprentissage m’a enseigné une règle fondamentale : la bienveillance et la bientraitance.

J’ai un rêve : que le bien-être, la bienveillance et la bientraitance de l’ensemble de notre personnel hospitalier deviennent notre mission première et primordiale durant l’année 2020, le premier parmi les égaux de nos devoirs.

Mais ne nous trompons pas : il ne s’agit pas d’un rêve corporatiste. Il s’agit d’une réalité simple et pragmatique visant à améliorer notre efficience : nous ne faisons bien que lorsque nous sommes bien. Une équipe soignante heureuse de venir travailler soignera au mieux ses patients.

 

C’est pourquoi durant ce court mandat, je mettrai toute mon énergie pour combattre la morosité et faire que ce rêve devienne réalité, et ce d’autant que nous avons, outre notre singularité, d’autres atouts majeurs :

une qualité des soins reconnue comme étant parmi les meilleures, faisant du CHIPS l’hôpital pivot de notre territoire de santé,

un hôpital neuf et bientôt la rénovation de notre ancien bâtiment qui seront également un atout majeur dans un proche avenir,

et enfin une direction en qui j’ai toute confiance pour sa bienveillance et sa compétente et avec qui, j’ai beaucoup de plaisir à travailler.

Je fais le voeu que ce rêve se réalise en 2020, que nous retrouvions notre jovialité, que nous retrouvions un vrai bien-être dans notre travail et que nous soyons fiers de notre hôpital et des efforts que nous y faisons sans compter pour la santé de nos patients et de nos patientes.

J’aime cet hôpital et je suis fier de pouvoir vous servir.

 

Les agents médaillés en 2020

Nicole AYMONIN, Sandrine BASTIEN, Rachida BELKHATIR, Anne-Marie BENOIT, Paul BISSERIER, Philippe BONAVENTURE, Silvia CANDINI, Claude DESMARET, Sandrine DUBOIS, Françoise DUCHESNE, Evelyne FAUTH, Isabelle FAYOLLE, Bernadette GANTOIS, Monique GIRAUD, Dominique HORDELALAY, Marlène HOUDUS, Dominique ISSE, Marie-Hélène JORGE, Francine LE BOUDEC, Anne LE PAPE, Christophe LEFRANC, Annick LIN, Véronique MENDY, Fabienne MEROSE, Evelyne POMMIER, Yahya SAYEKH, Christine STRUB

 

  

 

Contact : servicecommunication@chi-poissy-st-germain.fr

 

GÉRER MON ABONNEMENT

 

 

Vous recevez cette lettre d'informations car vous êtes abonné à la liste de diffusion
du Centre hospitalier intercommunal Poissy/Saint-Germain-en-Laye