La newsletter du centre hospitalier

Numéro 66 – Décembre 2018Janvier 2019

 

En photos


Les équipes de 18 services ont répondu à l’appel de l’association Osiris sur le site de Poissy pour une mobilisation originale sous forme d’acrostiches à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida 

 

Le chiffre

Nous ne savons pas combien de personnes seront contaminées par le virus de la grippe cette année. Mais les premiers cas de grippe ont été détectés au début du mois de décembre parmi des patients du CHIPS et il est encore temps de se faire vacciner. Pour les professionnels de l’établissement, la vaccination peut être réalisée, soit par le service de santé au travail, soit dans le service, selon des modalités présentées dans l’intranet 

 

Actualités

L’hôpital fête Noël

À l'hôpital aussi, Noël est l'occasion de partager de bons moments et d'exprimer sa fraternité. Voici quelques exemples d'animations de cette fin d'année 2019. Le service de dialyse a invité les patients, les ambulanciers (qui les acheminent 3 fois par semaine) et l'équipe soignante à partager un buffet au cours d'un déjeuner. L'esprit de Noël habitera également le pôle de psychiatrie, avec des notes créoles distillées à l'hôpital de jour de Saint-Germain-en-Laye le temps d'un spectacle concocté par patients et soignants et suivi d'un buffet. À quelques kilomètres de là, c'est l'Espagne que l'unité d'hospitalisation du site de Poissy a choisi comme fil conducteur de sa soirée. Le centre clinique de psychothérapie (CCP) accueillera le Jazz Cooker Workshop et tous partageront un goûter, tandis que c'est autour d'un petit-déjeuner que les patients et les soignants de l'hôpital de jour et de l'unité de préparation à la sortie se retrouveront le 24 décembre. Pour les plus jeunes, l'association Imagine for Margo a organisé un goûter-cadeaux avec les enfants qui fréquentent l'hôpital de jour. C'est pour les enfants et les adolescents des services d'hospitalisation complète que la chorale des Gospel spirit s'est produite. Plusieurs autres associations sont venues à l’hôpital comme SOS Prémas, CKDB (C'est ke du bonheur), Tous derrière Léa et Cocliclown. Les enfants du personnel ont également profité d’un spectacle et d’animations au théâtre de Poissy. Dans le pôle de gériatrie, nos aînés ont été entourés dans les services de soins de longue durée et les maisons de retraite avec des animations, des visiteurs surprise comme les scouts, et des repas festifs. Le service restauration a concouru largement à ces réjouissances en concoctant (toujours avec le service diététique) des menus extra-ordinaires pour les patients comme pour le personnel  

 

En bref

La direction commune, mise en place en 2015 entre les hôpitaux de Poissy-Saint-Germain-en-Laye (CHIPS) et de Mantes-la-Jolie (CHFQ), est étendue au centre hospitalier de Meulan-Les Mureaux (CHIMM) depuis le 1er décembre. Le nouvel ensemble, placé sous la direction générale d’Isabelle LECLERC, représente près de 6 200 professionnels et une capacité de 1 844 lits et 429 places sur 5 sites principaux et des sites annexes dévolus aux personnes âgées et aux structures de santé mentale. Les trois établissements préservent leur autonomie financière et juridique sous une représentation légale unique. Le fonctionnement général et quotidien de chacun des hôpitaux, la déclinaison locale des objectifs stratégiques découlant du projet médical partagé du groupement hospitalier de territoire des Yvelines Nord et du projet de soins de territoire sont assurés dans cette nouvelle organisation par les directeurs délégués de site (pour mémoire : Valérie GAILLARD pour le CHFQ, Sylvain GROSEIL pour le CHIPS). C’est Isabelle PERSEC, directrice de la qualité et de la gestion des risques du CHFQ et du CHIPS, qui assure à pésent la direction déléguée de site du CHIMM

 

 

Santé

Alors on danse ?

Parmi les différentes propositions thérapeutiques de l'hôpital de jour de psychiatrie de Saint-Germain-en-Laye, un atelier d'expression par le mouvement a débuté en septembre. Quelques mois plus tôt à l'occasion du projet « culture et santé » mis en oeuvre à Saint-Germain-en-Laye, l'équipe et les patients avaient notamment rencontré Gabrièle Farnault, danse thérapeute. Médecin responsable, infirmier et psychologues ayant participé à ce projet chorégraphique, ont souhaité poursuivre avec Gabrièle une nouvelle aventure où patients, soignants, laissent la musique diriger la partition des mouvements. Sous le regard bienveillant de chacun des participants, Gabrièle propose des temps d'exploration et de création seul, en duo ou à plusieurs, qui libèrent progressivement le mouvement spontané. Petit à petit, des dialogues avec soi et les autres prennent forme. Expression et lâcher prise sont les maîtres mots de cet atelier dédié à ceux qui aiment danser

Hypnose et soins en AMP

Le CHIPS a mis l’hypnose depuis 4 ans au catalogue de la formation continue des professionnels. Cécile, Myriam et Vincent sont techniciens en aide médicale à la procréation (AMP) et participent aux ponctions d’ovocytes. Elles se pratiquent sous anesthésie locale par un médecin assisté d’une infirmière, en présence du technicien qui va recueillir et examiner les prélèvements dans une salle attenante. Le fond du vagin est anesthésié, pas l’ovaire, ce qui rend le geste douloureux. Et ce d’autant que le résultat de cette ponction ayant tellement d'implication, la patiente peut être angoissée ce qui majore sa perception de la douleur. L’hypnose leur est proposée en complément de l’anesthésie : cela facilite le soin (le soignant se concentre sur le geste technique) tout en détendant la patiente. Cécile l’a déjà expérimentée à deux occasions : « La communication d’inspiration hypnotique a permis à la patiente de se décontracter durant un examen assez long (jusqu’à 20 minutes). J’avais moi-même un autre abord avec elle.» Vincent témoigne également : « Par l’hypnose conversationnelle, j’ai pu projeter la patiente dans la mythique ville de Venise. Elle s’est échappée et a suivi l’itinéraire proposé. La patiente a confirmé par la suite au médecin du service qu’elle avait vraiment pu décompresser et se transporter hors de la salle de prélèvement. » Les trois professionnels plébiscitent cette pratique qui n’est pas anodine pour eux non plus : retenir le lien de connexion avec la patiente les mobilisent intensément et requiert beaucoup d’énergie 

 

 

Le CHIPS mobilisé dans la lutte contre le tabac

Dans le cadre de la lutte contre le tabac, une des priorités de santé publique, deux projets du CHIPS ont été retenus par l’ARS qui les financera pendant 3 ans, avec des évaluations régulières. Le premier s’intègre dans une démarche de prévention des risques professionnels et vise à limiter le tabagisme passif aux abords des lieux de consultation de l’hôpital. Le second s’adresse aux femmes enceintes ou en âge de procréer à travers des consultations de tabacologie. Une sage-femme tabacologue et une infirmière spécialisée de l’ELSA assureront les consultations, suivies si besoin par des séances d’hypnose ou d’acupuncture. Il est prouvé que la grossesse ou le désir d’enfant sont des périodes motivantes pour décider d’arrêter de fumer, l’effet très nocif du tabac sur le foetus et le jeune enfant n’étant plus à démontrer. Ces consultations se dérouleront dans le modulaire de gynéco-obstétrique, dès janvier 2019. Des campagnes d’information compléteront ce dispositif, à l’attention des visiteurs, des patients mais aussi du personnel 

 

Repère

CSAPA : centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie

Ces structures s’adressent aux personnes en difficulté avec leur consommation de substances psychoactives (licites ou non, y compris tabac et médicaments détournés de leur usage), mais également aux personnes souffrant d’addictions sans substance (en particulier le jeu pathologique). Les missions de ces centres sont définies par décret et comprennent l’accueil, l’information, l’évaluation médicale, psychologique et sociale, ainsi que l’orientation. Ces structures assurent la prise en charge et la réduction des risques pour les personnes qui, du fait de leurs addictions, peuvent avoir des comportements à risque. Elles proposent également des consultations spécifiques pour les jeunes consommateurs (CJC). Les CSAPA de Mantes-la-Jolie et de Saint-Germain-en-Laye ont été rattachés au CHIPS au titre des CSAPA du GHT des Yvelines Nord, suite à la partition signée le 1er septembre 2018 par l’agence régionale de santé d’Île-de-France. Ces deux antennes constituent, avec l’équipe ELSA, l’unité fonctionnelle d’addictologie (UFA) qui est placée sous la responsabilité du Dr Thanh NGUYEN. Les CSAPA sont composés d’équipes pluridisciplinaires comprenant médecins, infirmiers, psychologues, assistantes sociales et assistantes médico-administratives. L’offre de soin en addictologie sur le territoire du GHT 78 Nord va pouvoir être redéfinie par l’élaboration d’un projet d’établissement novateur, grâce à l’intégration de ses structures et des professionnels qui les composent, et élargie par l’ouverture d’une troisième antenne sur la commune des Mureaux, prévue au 2e trimestre de l’année 2019 

 

Enseignement et recherche

5 sur 5 pour le Campus

Le Campus de formation installé sur le site hospitalier de Meulan-Les Mureaux s’est vu renouvelé sa certification ISO 9001, tant en formation continue qu’en formation initiale, et ce pour ses 5 instituts de soins infirmiers, psychomotricité, ergothérapie, masso-kinésithérapie et aide-soignant. Ces derniers disposent de 560 places étudiantes au total. La formation est une compétence du groupement hospitalier de territoire des Yvelines Nord. Elle est mise en oeuvre sous l’égide du pôle ressources humaines et relations sociales, soins et activités médicales des établissements 

 

Évènements

Mieux communiquer entre soignants

Certains événements indésirables sont en rapport avec une communication entre professionnels mal maîtrisée tant par les émetteurs que par les récepteurs. « Mieux communiquer entre soignants » est le sujet choisi pour cette conférence professionnelle organisée le mardi 8 janvier de 17 à 19 h sur le site de Poissy (amphithéâtre des laboratoires). Elle est proposée par le Dr Jean-Christophe SÉGUIER, responsable de la SIGRHYQ du CHIPS (en charge de la gestion des risques, de l’hygiène et de la qualité des soins), qui a invité son confrère le Dr Pierre RAYNAL, lui-même responsable de la gestion des risques du CH de Versailles. Inscription par mail à l’adresse uhpri@chi-poissy-st-germain.fr 

 

Les EHPAD du GHT des Yvelines Nord mobilisés contre la dénutrition

Les établissements d’hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Conflans et de Sartrouville participent au concours culinaire « Silver Fourchette » proposé à tous les chefs cuisiniers des établissements médico-sociaux. Il permet d’aborder les enjeux de la dénutrition des seniors de façon ludique, de valoriser le savoir-faire des cuisiniers, de favoriser la transmission intergénérationnelle et de communiquer sur les initiatives des établissements à l’extérieur. Comment ? Trois temps forts sont prévus, l’un sur chaque EHPAD où les équipes soignantes et de restauration ont concocté un repas et l’ont mis en scène pour les résidents sur le thème « hissez les couleurs » (voir photo). Puis en janvier, les chefs cuisiniers vont concourir à une sélection départementale. Si le jury est convaincu par l’ingrédient secret apportant le « grain de folie » requis par le règlement, ils concourront à la finale départementale en février 

 

Portrait

Technicienne de laboratoire en cytogénétique

Liliane ALLARD exerce depuis plusieurs années ses fonctions dans le service de cytogénétique, situé sur le site de Poissy, près de la pharmacie et de l’ophtalmologie, et au 1er étage du laboratoire de biologie médicale. Son travail consiste à détecter d’éventuelles anomalies sur les chromosomes, que ce soit avant la naissance, en prénatal, ou en postnatal. « Il en existe deux types, explique-t-elle : les anomalies de nombre (aneuploïdie) et celles de structure (délétion, duplication, translocation...). Elles permettent d’expliquer par exemple les fausses couches à répétition, que le service suit dans le cadre du protocole GEMA (groupe d’étude de la maladie abortive). » Pour Liliane comme pour ses six collègues du service qui réalisent pas moins de 4000 examens chaque année, l’enjeu est de taille : il conditionne la poursuite de grossesses ou permet d’expliquer certains échecs. La cytogénétique est en perpétuelle évolution, avec par exemple l’arrivée de nouvelles technologies en cytogénétique et biologie moléculaire : cela la rend d’autant plus intéressante au plan professionnel et intellectuel 

 

Dans la presse

Grâce à une équipe du bloc opératoire, le CHIPS a eu les honneurs du Figaro en prenant la 52e place du classement du cross organisé au profit du Téléthon. Avec cette intitiative, l’équipe engagée s'est une nouvelle fois mobilisée sportivement pour une bonne cause sur les 10 kms du parcours du parc de Saint-Cloud le dernier dimanche de novembre, sous la pluie et dans la boue.

Le Magazine de la santé a diffusé le 26 novembre un reportage tourné auprès des services diététique et restauration du CHIPS ainsi que dans le service de médecine interne sur le thème « Le repas est un soin contre la dénutrition ». Le CHIPS sert chaque jours 3200 repas aux patients hospitalisés, aux résidents des EHPAD et même à la crèche hospitalière et propose chaque mois des animations et des menus thématiques. 69 agents dont 9 cuisiniers et 1 responsable de la qualité sont mobilisés pour préparer les petits-déjeuners, déjeuners, goûters et dîners qui seront proposés par les personnels de santé 365 jours / 365. Pour proposer des menus équilibrés, source de plaisir (présentation, goût, texture) et adaptés aux besoins des malades (sans gluten, sans sel, enrichi, moulu, mixé …), le service restauration travaille quotidiennement avec le service diététique du CHIPS (équipe de 11 diététiciennes) et avec l'unité transversale de nutrition clinique. Cette unité, encore rare dans les établissement, se consacre à la prise en charge et au dépistage de la dénutrition chez les patients hospitalisés. Il s’agit d’un enjeu important pour les patients et l’établissement. La dénutrition, présente dès l’admission à l’hôpital, ou bien apparaissant en cours d’hospitalisation, est source de multiples complications (infection, fonte musculaire, retard de cicatrisation, …), avec une augmentation de la durée de séjour, de la mortalité et des coûts 

 

 

Rendez-vous dans un mois pour la nouvelle newsletter (sur le site Internet et dans l’intranet) 

Contact : servicecommunication@chi-poissy-st-germain.fr

 

 

 

GÉRER MON ABONNEMENT

 

 

Vous recevez cette lettre d'informations car vous êtes abonné à la liste de diffusion
du Centre hospitalier intercommunal Poissy/Saint-Germain-en-Laye