La newsletter du centre hospitalier

Avril 2011


Découvrez le nouveau numéro de la lettre d'information électronique du centre hospitalier intercommunal de Poissy/Saint-Germain-en-Laye.

Les infos sont consacrées aux actualités de l'établissement, aux événements à inscrire sur vos agendas, à des sujets de santé publique ainsi qu'aux nouveautés du site internet
Vous voulez annuler ou modifier votre inscription ? Rendez-vous tout en bas de cette page ou sur la page de désincription.
Vous souhaitez réagir ou nous faire part d'une attente pour ce support ? Rendez-vous sur la page de contact.
N'hésitez pas à faire suivre cette newsletter à d'autres personnes, elles pourront s'y abonner depuis notre site internet.

Bonne lecture ! 
  
 

 

ACTUALITÉS

Pirouettes

L’équipe de pédopsychiatrie a ouvert un nouveau lieu d’accueil et de jeux pour les enfants de 0 à 4 ans et leurs parents à Chanteloup-les-Vignes. Inspirée de La Farandole à Conflans-sainte-Honorine et d’À petits pas à Poissy, cette structure joyeusement baptisée Pirouettes est animée par les intervenants du centre médico-psychologique infantile : infirmier, éducateur spécialisé, psychomotricien, assistant social, psychologue ou orthophoniste. « Nous souhaitons proposer aux enfants un espace de jeux, de découverte, de socialisation et d’éveil, et, à leurs parents, un temps d’écoute de partage et d’échange, entre eux et avec les professionnels de la petite enfance » explique le docteur Clara Moralès, chef du service de pédopsychiatrie. En effet, de très jeunes enfants peuvent présenter des troubles ou des dysfonctionnements de nature comportementale ou relationnelle, qu’une intervention précoce aurait sans doute permis de prévenir. Telle est l’ambition de Pirouettes, présentée dans une plaquette. Son accès est libre, anonyme et gratuit les vendredis de 9h à 11h, en dehors des vacances scolaires.


EN BREF

Une unité de coordination hospitalière à la disposition des services.

Chaque jour, des dizaines de patients sont hospitalisés ou quittent le centre hospitalier, après un séjour plus ou moins court, dans un ou parfois plusieurs des quarante-huit services de soins. Admis par les urgences ou directement, les usagers attendent parfois qu'un lit se libère dans une unité de soins. Pour améliorer le parcours de tous ces patients, un nouveau dispositif se met en place. Une professionnelle cadre de santé a été recrutée, et, avec un médecin coordinateur, ils ont pour mission d’aider les services à trouver des réponses pratiques pour fluidifier les étapes de la prise en charge des patients. Parmi leurs missions : connaître en temps réel les places disponibles sur tout l’établissement (1200 lits et places au total), anticiper les difficultés éventuelles liées au retour à domicile de patients (transport, hébergement, soins de suite…), trouver des alternatives et mobiliser les ressources et les relais intra et extra-hospitaliers (associations, réseaux de santé, services de soins à domicile, proches…). A terme et une fois rodée, cette unité de coordination hospitalière (UCH) sera également un interlocuteur pour la médecine de ville.

NB : en 2010, il y a eu 86 600 passages aux urgences et 71 000 séjours hospitaliers.

 

Le prix de la qualité au service du confort des usagers

Il y a un an, le centre hospitalier remportait un prix de 3 000€ pour sa communication interne sur le thème de la qualité et de la sécurité de ses soins. Le prix a été intégralement utilisé pour des achats destinés à améliorer le confort des usagers, parmi lesquels du mobilier qui vient d’être installé dans le hall principal du site hospitalier de Poissy.


Journée de l’hygiène de mains : les usagers interrogés le 5 mai

Depuis 2008, la journée mondiale sur l’hygiène des mains est soutenue par les professionnels du centre hospitalier, sous la houlette de la structure interne d’hygiène et de prévention des risques infectieux (Sihpri). Après avoir signé la charte de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), présenté une exposition mettant en scène des professionnels du centre hospitalier, organisé des formations et des démonstrations, audité les services, ce sont cette année les patients qui seront interrogés. Ce jeudi 5 mai, des correspondants en hygiène leur poseront 6 questions sur la friction des mains et sur leur perception de cette hygiène. Il y a dans chaque chambre un distributeur de solution hydro alcoolique (SHA), et, au total, 1 500 boîtiers installés dans le centre hospitalier. En 2010, 7 330 litres de SHA y ont été consommés. Jusque lors, le centre hospitalier a atteint voire dépassé les objectifs de consommation du ministère de la Santé, lui permettant de se classer parmi les bons élèves en matière de lutte contre les infections nosocomiales.


ÉVÉNEMENTS

Organisation des soins et gestion des risques : réservez votre agenda

Pour la 2e année, les professionnels paramédicaux organisent une journée sur les métiers du soin à Saint-Germain-en-Laye. La matinée du 16 juin sera consacrée à la gestion des risques tandis que l’organisation des soins sera le fil rouge de l’après-midi. En empruntant à leur quotidien, les intervenants évoqueront des expériences originales et des projets aboutis. Des posters seront également présentés. L’inscription à cette journée, organisée par la direction des soins, est gratuite et attendue avant le 3 juin. Le programme sera mis en ligne très prochainement. Pour le recevoir personnellement, envoyez un mail à adongar@chi-poissy-st-germain.fr .

 

A noter dans vos agendas...

Tous les événements en lien avec la santé et l'activité du centre hospitalier sont détaillés dans notre agenda.

 

SANTÉ

L’allergie à l’iode n’existe pas !

Les allergies à l'iode n'existent pas. Des dermatologues et des allergologues ont voulu tordre le coup à cette idée avec un poster pour le grand public et les professionnels de santé. Rappelons que l'iode est un oligo-élément vital pour le fonctionnement de la glande thyroïde. Il est naturellement présent dans notre environnement et comme notre organisme ne sait pas le stocker, nous le puisons dans notre alimentation, notamment dans le sel (qui est enrichi en iode) et dans les produits de la mer (huîtres, crustacés, etc.). Du fait de ses vertus, l’iode est utilisée en imagerie médicale comme produit de contraste, et dans certaines solutions désinfectantes. Certaines personnes peuvent réagir à ces produits, sans que l’iode puisse être mise en cause. Dans le cas du produit de contraste radiologique, l’allergie est provoquée par une autre molécule chimique. Pour l’antiseptique iodé, la réaction est due à une molécule (la povidone). Enfin, dans le cas des fruits de mer, c’est une protéine qui est à l’origine de la réaction. Ouf, il n’y a donc aucune contre-indication à prendre l’air au bord de la mer !


Ecoutez la voix des ados

C’est le titre choisi par des adolescents hospitalisés pour un journal réalisé le temps de leur séjour avec le soutien d’une éducatrice spécialisée. Inscrit dans un projet de soin thérapeutique, cet atelier d'écriture leur offre le moyen de partager leurs idées, leurs envies, leurs réflexions et de sortir pour un moment de la pathologie en regardant ce qui se passe autour d'eux, à l'extérieur. Travail collectif, la voix des ados permet à ces patients isolés par leurs symptômes de se confronter aux autres, d'échanger, de rencontrer. Selon ses compétences ou ses centres d'intérêts, chacun prend en charge une rubrique comme Claire qui dans le n°2 est allé interviewer le service de restauration du centre hospitalier, ou Mélissa, aujourd’hui retournée vivre chez elle, qui propose des conseils mode et des recettes simples et légères. Ce travail permet de centrer l'adolescent comme sujet actif et non comme patient. Parce qu’ils ne sont pas que des malades mais des adolescents avant tout, des adultes en devenir.


REPÈRES

Mieux vaut prévenir que guérir

C’est en sollicitant des centaines de personnels de tous les métiers et services que le centre hospitalier s’est lancé dans le recensement de ses risques professionnels, en vue de l’amélioration de leur prévention. Si les hôpitaux présentent des risques spécifiques (biologiques, chimiques, ou encore liés aux rayonnements en imagerie médicale), il en existe de plus courants comme ceux liés aux postures pénibles, à la violence, aux chutes ou encore au travail sur écran (etc.). Cet important travail d’identification est formalisé dans un document officiel dit « Document Unique ». Celui-ci nourrit le programme annuel de prévention des risques professionnel et d’amélioration des conditions de travail (Papripact). Réalisé avec les membres du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du centre hospitalier, le Papripact est précis, mesurable et réévalué chaque année.


Conceptrices et rédactrices de la newsletter 
Noëllie Biancarelli, Laura Lefranc,Hélène Vidalis

Pour ne plus recevoir notre lettre d'information, il suffit de suivre ce lien formulaire d'inscription/désinscription

Vous pourrez vous réinscrire à tout moment.