Image d'un cadenas pour les espaces réservés

Newsletter

Pour suivre l'actualité du centre hospitalier, lisez nos newsletters et abonnez-vous.

INSCRIVEZ-VOUS

Paiement des soins

Pour vos règlements : 01 39 21 54 10

Pour vos questions : 01 39 27 47 81

CLIQUEZ ICI

ACCUEIL / NOTRE OFFRE DE SOINS / Chirurgie orthopédi... / Chirurgie du pied

La chirurgie du pied

Pôle chirurgie - Anesthésie - Blocs opératoires
Chef du pôle : Docteur Nicolas TABARY
Cadre du pôle : Lucy PIERROT

 Chirurgie orthopédique et traumatologique

Responsable de service bi-site : Docteur Nacer DÉBIT

 

Bannière sur les anesthésies Bannière du bloc opératoire Bannière chirurgie ambulatoire

Anatomie du pied

Le squelette du pied est composé de 28 os qui se combinent en de nombreuses articulations.

Radio Organisation en voute 2 (1-2010)

Photo : Organisation en voute (01-2010)

Radio Arche externe (1-2010)

Radio  L'arche Interne (01-2010)

Radio de l'arche Antérieure du pied (01-2010)

 


Architecture d'un avant pied normal

La phalange du gros orteil et le premier métatarsien sont pratiquement dans le même alignement.

 

Photo : Parabole métatarsienne (1-2010)

Photo : La géométrie de l'avant pied normal (1-2010)

 

Diverses pathologies du pied

Quand la chirurgie devient-elle nécessaire ?

Un traitement chirurgical s’avère nécessaire quand la déformation devient trop douloureuse et que la personne rencontre de plus en plus de difficultés pour se chausser et marcher. L’idéal est de ne pas attendre que les autres rayons soient atteints par la déformation (orteils en griffes, douleurs plantaires) car dans ce cas, l’intervention sera plus lourde puisqu’elle portera sur l’ensemble de l’avant pied.

 

Photo d'une griffe d'orteils

 

 

 

 

 

 

Quels sont les traitements chirurgicaux ?

Le but des techniques chirurgicales traitant l’hallux valgus est de rétablir l’équilibre de l’avant-pied en ramenant le premier métatarsien vers le second et en réalignant le métatarsien et la phalange du gros orteil. Ces traitements ne se contentent pas de « raboter » la bosse (exostose) mais s’attaquent à la cause de la déformation en réduisant l’angle entre le métatarsien et la phalange.

 

L’ostéotomie « SCARF »

Le « SCARF » est une technique fréquemment employée. Une fois l’exostose retirée, une ostéotomie est réalisée sur le métatarsien du gros orteil. Le chirurgien fait glisser  les deux fragments osseux l’un sur l’autre et les fixe avec des vis.

 

Le chevron

Le chirurgien discutera avec vous de la technique la mieux adaptée à votre cas en fonction de différents critères (âge, activités…). Ces différents traitement chirurgicaux peuvent corriger l’hallux valgus mais une seconde ostéotomie est fréquemment pratiquée dans la phalange pour redresser le gros orteil.

Diapo Chevron 1

Diapo Chevron 2

Diapo Chevron 3

Diapo Chevron 4

 

 

Traitement de métatarsalgies et des griffes d’orteils

Le traitement est la plupart du temps réalisé en association avec celui de l’hallux valgus.

Diapo Métatarsalgies et griffes d’orteils 1

Diapo Métatarsalgies et griffes d’orteils 2

Diapo Métatarsalgies et griffes d’orteils 3

Diapo Métatarsalgies et griffes d’orteils 4

Diapo Métatarsalgies et griffes d’orteils 5

 

 

Le traitement consiste en une ostéotomie des autres métatarsiens (ostéotomie de Weil). Ce geste fait reculer la tête métatarsienne ce qui a pour effet de décomprimer l’articulation. Les ostéotomies de Weil sont généralement fixées par une vis.

 

Vous allez prochainement vous faire opérer du pied et vous vous posez des questions sur votre opération.

La chirurgie du pied connaît depuis ces 15 dernières années un véritable essor. Elle s’est considérablement améliorée grâce à l’apparition de nouvelles techniques chirurgicales et à la mise au point d’implants performants conçus par des chirurgiens spécialisés. C’est aujourd’hui une chirurgie conservatrice et réglée, qui offre d’excellents résultats tant fonctionnels qu’esthétiques, et qui permet à la plupart des patient(e)s de retrouver une marche normale en quelques mois.

 

Comment vous préparer à l'intervention ?

Une visite chez le médecin anesthésiste

Un rendez-vous avec l’anesthésiste dans le mois précédent l’intervention est obligatoire. Le médecin-anesthésiste dressera un bilan de votre état de santé et vous indiquera le type d’anesthésie le mieux adapté à votre cas.

N’oubliez pas de lui signaler  :

  • Tout problème infectieux général : affections ORL, pulmonaires, urinaires, dentaires… ou locales (plaie…).
  • Vos éventuels traitements, en particulier si vous prenez un contraceptif avec œstro-progestatifs ou un traitement anticoagulant (qui fluidifie le sang).

Prendre un rendez-vous avec le médecin anesthésiste :consultation d'anesthésie

 

Préparez vos pieds

Achetez la chaussure de décharge si celle-ci vous a été prescrite. Vérifiez que votre pied ne présente pas de foyer infectieux, de lésions cutanées (furoncle, abcès, ulcère, ongle  incarné…) ou de problèmes mycostiques ; ayez recours à des soins de pédicure si nécessaire. Observez une hygiène stricte des pieds avec des bains de pied quotidiens la semaine précédant l’intervention. La veille de votre admission, coupez vos ongles courts et enlevez le vernis à ongle. Une maison de convalescence est exceptionnellement nécessaire, la marche étant possible avec une chaussure de décharge ou un sabot plâtré.

 

Votre séjour

La durée de votre séjour dépend du traitement chirurgical et des suites opératoires, il est en moyenne de 1 à 5 jours.

La veille de l’intervention, vous ne devrez, ni manger, ni boire, ni fumer à partir de minuit.

La veille et le jour de l’intervention, vous devrez prendre une douche avec un antiseptique, en insistant particulièrement  sur les pieds.

Pour en savoir plus sur votre hospitalisation :

 

Comment se déroulera l'intervention ?

L’intervention dure en moyenne 45 minutes pour un pied et peut se pratiquer soit sous anesthésie générale, soit sous anesthésie locorégionale (péridurale ou anesthésie au niveau de la cheville ou du genou). Après l’intervention, vous serez transféré(e) en salle de réveil puis ramené(e) dans votre chambre au bout d’une heure environ. Votre pied sera protégé par un pansement.

 

Suites opératoires immédiates

La prise en charge de la douleur est aujourd’hui une priorité des équipe soignantes. De retour dans votre chambre, différents moyens pour lutter contre la douleur vous seront proposés : médicaments antalgiques, poche de glace, pompe à morphine… Les anesthésies locorégionales (avec cathéter nerveux) permettent de diminuer fortement les douleurs post-opératoires. Pour diminuer les risques de thrombose veineuse (phlébite), un traitement adapté à votre cas vous sera prescrit : piqûres d’anticoagulants, port de bas de contention, application de bandes compressives, séances de drainage lymphatique…

Sauf contre-indication posée par le chirurgien, la marche est autorisée dès le lendemain de l’intervention avec une chaussure spéciale qui permet une déambulation immédiate. La marche pratiquée quelques minutes plusieurs fois par jour, est vivement conseillée pour prévenir les risques d’œdème et de phlébite. Veillez à toujours avoir les pieds surélevés quand vous serez en position assise et surélevez les pieds de votre lit (les pieds doivent être plus haut que le cœur).

 

Quelques conseils pour le retour à la maison

Vous venez d’être opéré(e) : une bonne hygiène de vie et quelques simples précautions vous aideront à retrouver rapidement une vie normale. Ménagez-vous de fréquents temps de repos. Prenez soin de vos pieds.

 

Pour lutter contre les risques d’œdème ou de phlébite

Dans la journée, surélevez vos jambes le plus souvent possible. De même, surélevez le matelas de votre lit (ou les pieds de votre lit) et évitez le poids des couvertures. Appliquez des poches de glace plusieurs fois par jour pendant 15 mn pour lutter contre l’œdème (gonflement).

Portez des bandes (ou bas) de contention. Il est recommandé de marcher quelques minutes plusieurs fois par jour. Au cours du premier mois, vous marcherez avec une chaussure adaptée. Ne vous déplacez jamais sans votre chaussure adaptée à l’intérieur comme à l’extérieur. Evitez formellement de mouiller votre pansement ou votre plâtre : lors de la toilette, protégez-le avec un sac plastique noué à la cheville. Une fois le pansement retiré, prenez un bain de pied matin et soir : savonnez soigneusement votre pied, notamment entre les orteils. Étirez vos orteils dans l’axe. Massez la plante et le dessus du pied puis rincez en alternant eau chaude et froide pour activer la micro-circulation.

 

Les consultations post-opératoires

La première consultation post-opératoire a lieu dans le mois qui suit l’intervention pour réaliser un bilan radiologique et juger de la nécessité ou non d’une rééducation. Les consultations suivantes seront planifiées avec votre chirurgien selon vos progrès.

Pour en savoir plus sur les consultations: consultation d'orthopédie/chirurgie osseuse et articulaire

 

Comment vous rééduquer ?

Votre implication dans la rééducation est fondamentale. Pour obtenir une bonne reprise fonctionnelle et prévenir les raideurs, vous devrez débuter des exercices dès votre retour à domicile. La consolidation est généralement acquise vers le 45e jour. La rééducation avec un kinésithérapeute, si elle est nécessaire, débute après le premier mois. Elle peut comporter des massages et du drainage lymphatique, une récupération douce des amplitudes articulaires, un travail de déroulement du pas antérieur. Vous devrez également pratiquer des exercices d’auto-rééducation qui vous seront indiqués lors de l’hospitalisation ou des visites de contrôle. Les exercices doivent être pratiqués si possible deux fois par jour pendant 1 mois et demi minimum.

 

Quand retrouve t-on une activité normale ?

Il faut compter 2 à 3 mois environ pour retrouver une marche normale. La reprise des activités sportives est généralement possible entre 3 à 6 mois mais elle est fonction de vos douleurs résiduelles. En cas d’immobilisation avec une chaussure de décharge, la reprise de l’appui avec une chaussure standard large (basket…) est possible à la fin du premier mois, pied à plat. En cas d’immobilisation plâtrée, la reprise de l’appui s’effectue à 45 jours pied à plat.La reprise d’un chaussage normal est rarement possible avant le troisième mois. Cela dépend de l’œdème résiduel lié à votre terrain circulatoire. La reprise de la conduite est possible entre 30 jours et 2 mois post-opératoires.Un arrêt de travail de 45 jours à 2 mois est généralement prescrit.

 

Quels sont les risques de complications ?

Pendant les 3 premiers mois, votre pied est fragile, il est donc indispensable de suivre les consignes de prudence données par votre chirurgien. La récupération reste longue, le gonflement post-opératoire dure en moyenne 2 à 3 mois, mais il peut persister jusqu’à 6 mois en fonction du traitement chirurgical. Comme toutes les interventions, la chirurgie du pied expose à des risques de complications. Bien que les risques de survenue d’une complication soient minimes, il est nécessaire de vous en informer.

 

Eléments reproduits avec l'aimable autorisation du docteur Thierry ROI, membre de l'association française de la chirurgie du pied. Pour en savoir plus, consultez aussi le site https://sites.google.com/site/chirurgiedupiedtroi/

Quand, devez-vous contacter votre chirurgien ou votre médecin ?

Dans le cas ou les symptômes suivants se manifestent
  • Douleurs importantes persistantes.
  • Fièvre supérieure à 38,5 °C.
  • Diminution ou disparition de la sensibilité des orteils.
  • Odeur anormale se dégageant de votre pansement.
  • Douleurs dans les mollets.

 

Pour contacter votre chirurgien : chirurgie orthopédique et traumatologique

 29/06/2017

dernière modification : 

© CHI Poissy-St-Germain  l Accessibilité l Mentions légales  l  Webmaster