Image d'un cadenas pour les espaces réservés

Newsletter

Pour suivre l'actualité du centre hospitalier, lisez nos newsletters et abonnez-vous.

INSCRIVEZ-VOUS

Paiement des soins

Pour vos règlements : 01 39 21 54 10

Pour vos questions : 01 39 27 47 81

CLIQUEZ ICI

ACCUEIL / NOTRE OFFRE DE SOINS / Chirurgie générale... / Chirurgie de l'obés...

La chirurgie de l'obésité

Pôle chirurgie - Anesthésie - Blocs opératoires
Chef du pôle : Docteur Nicolas TABARY
Cadre du pôle : Lucy PIERROT

 

Responsable de Service : Docteur Elie CHOUILLARD

(classé par le magazine CAPITAL en 2013, parmi les 150 meilleurs médecins de France)

 

Bannière sur les anesthésies Bannière du bloc opératoire Bannière chirurgie ambulatoire


La chirurgie de l'obésité est pratiquée à Poissy depuis 1999. Les techniques les plus utilisées sont de plus en plus efficaces mais, comme toute intervention, elles comportent certains risques.

 

Palmarès du service

Palmarès 2015/2016 de l'Express pour la chirurgie gastrique de l'obésité

Palmarès 2015/2016 du Point pour la chirurgie de l'obésité (8e)


 

Photo du Docteur Elie ChouillardQui sont les patients concernés par la chirurgie de l’obésité ?

Tous les chiffres confirment la tendance alarmiste du fléau de l’obésité. En France, en 2003, on comptait 5,4 millions de personnes obèses et 14,5 millions en surpoids, soit, au total, un tiers de la population française. Ces chiffres en augmentation prouvent qu’il s’agit bien d’un problème de santé publique d’après l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Les personnes concernées par la prise en charge, y compris chirurgicale sont des adultes (à partir de l’âge de 16 ans) souffrant d'obésité constante, ancienne et confirmée. Toutes les obésités ne relèvent pas d’un traitement chirurgical. Sont concernées par la chirurgie les personnes ayant un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 35 kg/m² et ayant essayé en vain de maigrir avec des régimes et des cures d’amaigrissement. Ces patients souffrent parfois de complications : hypertension artérielle, diabète, hypercholestérolémie, arthrose, syndrome d'apnée du sommeil. Il ne s’agit donc pas pour eux d’une opération esthétique mais bien d’améliorer leur survie et leur qualité de vie dans les gestes du quotidien. Les personnes ayant un indice de masse corporelle (IMC) entre 30 et 35 kg/m² sont prises en charge par notre équipe en leur proposant des traitements non chirurgicaux comme le ballon intragastrique et un suivi médical continu.

 

En savoir plus

 

Quelles sont les modalités des interventions chirurgicales ?

Ces interventions ne s'envisagent qu'après un bilan complet du patient : consultation d'un psychiatre, d’un nutritionniste, d’un gastro-entérologue et d’un anesthésiste. Occasionnellement et en fonction des patients, des consultations supplémentaires sont nécessaires (cardiologue, pneumologue, gynécologue, rhumatologue, etc.). Ce n’est qu’au terme d’une réflexion commune entre ces différents interlocuteurs, en fonction des recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), que la décision opératoire est prise. Il est également décidé de proposer au patient une technique opératoire (technique de l'anneau gastrique, technique du bypass, technique d'une gastrectomie, technique d'une dérivation) adaptée à son état et à l'ensemble des problèmes dont il souffre. 

 

 En savoir plus

 

Quelles sont les principales techniques utilisées dans le traitement chirurgical de l'obésité ?

La gastroplastie par anneau gastrique consiste à poser autour de la partie supérieure de l'estomac, un anneau en silicone, dont le calibre est modifiable par gonflage. La gastroplastie par anneau sépare l’estomac en deux poches. Ainsi, les aliments passent plus lentement et en plus petits volumes. Les aliments, bien mâchés, sont stockés dans la poche gastrique délimitée par l’anneau. Cette poche étant de moindre volume par rapport à l’estomac total, il est théoriquement supposé que la quantité d’aliments solides ingérés va diminuer, entrainant une perte de poids.

L’anneau de gastroplastie peut être resserré ou desserré grâce à un petit boîtier situé sous la peau. Ce type de gastroplastie agit par effet restrictif, c’est à dire en diminuant les capacités de stockage de l’estomac. Le risque de l’anneau gastrique est de migrer, voire de perforer l’estomac. Mais, le principal souci avec l’anneau reste le taux d’échec en cas d’indication abusive ou hâtive. Il est ainsi retiré quand il y a des complications.

La sleeve gastrectomy est une technique plus récente dont le mécanisme est intermédiaire entre l’anneau et le by-pass. Il s’agit d’une transformation de la poche gastrique en un tube avec des capacités de stockage réduites. Donc, c’est une intervention restrictive comme l’anneau. Mais, en réalité, il s’agit d’une intervention plus élaborée avec une modification du circuit hormonal aboutissant, entre autres, à une baisse de la sensation de faim. Les indications de la sleeve gastrectomy sont essentiellement les obésités massives avec un IMC > 50 Kg/m² où la tubulisation gastrique est le premier temps d’une intervention plus complexe qui peut être le duodenal switch. De plus en plus régulièrement, la sleeve gastrectomy est utilisée comme intervention primaire et définitive chez les patients avec un IMC < 50 Kg/m² après une analyse approfondie.

 

En savoir plus

 

Pourquoi le by-pass, est il devenu la technique la plus recommandée ?

Nous avons pratiqué cette technique pour la première fois en 2001. L'opération est plus difficile à réaliser que l’anneau gastrique et nécessite une formation spécialisée, longue et fastidieuse. Le by-pass consiste à réduire le volume de l'estomac et à modifier le circuit alimentaire pour diminuer l’absorption des calories. Les aliments ne passent plus par l'estomac entier et la partie supérieure du tube digestif. Ils vont directement dans la partie moyenne de l'intestin grêle. C’est une intervention complexe qui nécessite une hospitalisation d’une semaine environ. Mais les résultats sont probants : le by-pass entraîne une perte de poids plus importante que celle produite par l’anneau gastrique. Par exemple, un patient de 180 kilos (100 kilos d’excès de poids) perd théoriquement en moyenne 70 à 90 kilos après deux ans avec le by-pass et 50 kilos en moyenne seulement avec l’anneau gastrique. Les carences vitaminiques ne sont pas rares et une supplémentation orale en vitamines est indispensable. Enfin, le by-pass n'est pas une méthode facilement réversible.

 

En savoir plus

 

Pratiquons-nous la chirurgie réparatrice chez les patients opérés dans notre service ?

La chirurgie réparatrice concerne la redondance cutanée au niveau de plusieurs parties du corps: les cuisses, l'abdomen, les bras, les seins, etc. Parfois des opérations (Bodylift) plus élaborées sont nécessaires.

  

Comment envisager l’avenir de la chirurgie de l’obésité dans notre service ?

Nous nous adaptons en optimisant notre offre de soins dans le service et en formant davantage de chirurgiens à ces techniques. Il faut également augmenter le nombre de psychiatres, de nutritionnistes et de diététiciens spécialisés dans tous les départements et régions d’où viennent nos patients afin d’assurer leur suivi post-opératoire. Nous avons acquis des tables opératoires et des balances électroniques pour les patients pesant plus de 250 kilos. Enfin, nous avons fondé un organisme d’accueil et d’accompagnement des candidats à la chirurgie de l’obésité afin d’assurer un échange et un libre partage des informations parmi ceux qui sont les mieux placés pour en discuter, les patients eux-mêmes. Nous gardons en plus un œil observateur sur l’évolution de l’obésité en Amérique du Nord afin de pouvoir anticiper l’avenir en Europe et en France.

 

En savoir plus

 17/10/2017

dernière modification : 

© CHI Poissy-St-Germain  l Accessibilité l Mentions légales  l  Webmaster